/entertainment/shows
Navigation

Les spectateurs de retour en salle en zone orange

Coup d'oeil sur cet article

C'était une journée très attendue dans le monde culturel alors que les salles de spectacles ont pu de nouveau accueillir des spectateurs en zone orange.

• À lire aussi: COVID-19: les musiciens québécois s’attendent à pire en 2021

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

«On est super excités! C'est ce qu'on aime faire, dans la vie, accueillir du public et des artistes», a lancé Mireille Lévesque, coordonnatrice aux communications chez Spect'Art Rimouski.

«Je pense que pour les spectateurs aussi, ça va faire du bien au moral, à la santé mentale», a indiqué Marielle-Dominique Jobin, directrice générale et artistique du Centre des arts de Baie-Comeau.

Les diffuseurs de l'Est-du-Québec se sont habitués aux contraintes associées à la pandémie à l'automne dernier. Toutefois, le défi logistique demeure de taille.

«Ce week-end, il y aura trois spectacles, donc on fera attention pour changer de plan de salle d'une journée à l'autre pour éviter que les spectateurs du vendredi et du samedi s'assoient au même endroit», a expliqué Mme Lévesque.

Le défi financier

En temps normal, une salle comble à Rimouski réunit 895 spectateurs, mais en temps de pandémie, le maximum de spectateurs autorisés est plutôt de 225.

«On a la mesure spéciale du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) qui nous permet de présenter des spectacles, de faire travailler notre équipe, de payer les cachets aux artistes», a expliqué Mme Lévesque.

Mais cette précieuse aide financière du CALQ arrivera à échéance le 31 mars.

«Après cette date-là, on ne sait pas si on va recevoir de l'aide supplémentaire pour venir palier [la perte des] billets qu'on ne peut pas vendre parce que ça fait une méchante différence. Nous, on a deux salles, dont une de 840 places, donc quand on peut vendre seulement 200 billets, il y un grand manque à gagner», a souligné Mme Jobin.

La directrice du Centre des arts de Baie-Comeau précise d'ailleurs que des représentations auprès des instances gouvernementales sont actuellement en cours pour renouveler cette aide, que les diffuseurs considèrent comme nécessaire avec les conditions qu'imposent les règles sanitaires.

À VOIR AUSSI