/misc
Navigation

Legault est prêt pour un long marathon

Coup d'oeil sur cet article

Il donnait l’impression de vouloir flanquer un coup de pied dans la fourmilière et quitter la politique après avoir accompli ses principaux engagements. Mais non. François Legault adore tellement le job de premier ministre qu’il veut maintenant rester pour longtemps.

Pourtant, ce premier mandat sera marqué par la tragique invasion de la Covid dans des CHSLD désorganisés. L’année 2019-2020, extrêmement éreintante, aurait pu être frustrante pour le leader dont plusieurs ambitions de réformes ont été ralenties par la pandémie.

Il se croit toujours en mesure de respecter tous ses engagements, même la hausse de salaire plus importante des préposés aux bénéficiaires et des enseignants, en dépit du monstrueux déficit de 15 milliards cette année.

Des retards

Toutefois, son gouvernement a glissé en douce, le jour du congédiement de Claude Julien, que le déploiement des 2600 classes de maternelle 4 ans prendra deux ans de plus que prévu. M. Legault avait mis son siège en jeu là-dessus.

En entrevue, il reconnaît aussi que la Covid l’a empêché de faire avancer des engagements importants en santé.

Par exemple, la promesse de réduire à 90 minutes le temps d’attente pour voir un médecin à l’urgence d’ici l’automne 2022 paraît plus que jamais invraisemblable.

Le chef caquiste constate aussi que son objectif de rattraper l’écart de richesse avec le reste du Canada ne se fera pas seulement sur un ou deux mandats.

Qu’à cela ne tienne, il dit se sentir d’attaque pour une longue distance.

Pas de fatigue

Malgré les heures interminables et la lourde sensation d’avoir porté sur ses épaules le sort des Québécois depuis les 12 derniers mois, il ne montre aucun signe d’usure prématurée.

Il s’étonne même que des gens dans la rue s’inquiètent pour lui. Quand il se compare aux infirmières ou aux préposés au front, dans des CHSLD à court de personnel, il se dit : « C’est rien, moi, ce que je vis bien confortable dans mon bureau. » Il a raison. 

Mais c’est tout de même la gestion de la pandémie, avec ses interminables vagues, qui lui a probablement fait réaliser qu’il pouvait soutenir un marathon.