/news/provincial
Navigation

Tracé du tramway: Labeaume fera une «proposition gagnante-gagnante»

Le maire Labeaume fera part d’une nouvelle suggestion au gouvernement Legault sur le tracé du tramway

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo DIDIER DEBUSSCHERE Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Sur le tracé du tramway, Régis Labeaume a assuré qu’il fera « une proposition gagnante-gagnante » lorsqu’il rencontrera « le plus tôt possible » le premier ministre Legault et le ministre des Transports.

• À lire aussi: Tramway: une saga qui dure depuis 3 ans

• À lire aussi: Labeaume rencontrera Legault au sujet du tramway

C’est ce que le maire de Québec a fait savoir, lundi, juste avant le conseil municipal.

« Notre proposition est prête. Elle est calculée. Elle est mesurée. On sait où on s’en va. On est en train de raffiner les présentations. Ce qu’on va proposer, pour nous, c’est une proposition gagnante-gagnante qui permet de pouvoir aller en appel de propositions et de ne pas retarder le projet de deux ans », a-t-il soutenu.

Pour le moment, aucune date n’a été fixée pour les rencontres au sommet avec le gouvernement. « Les gens discutent de l’agenda [...] On est prêts, nous autres. Le plus tôt possible sera le mieux », a ajouté M. Labeaume. 

« On pense qu’on est dedans »

Malgré l’insistance des journalistes, le maire n’a pas voulu dévoiler les détails de la proposition qu’il pense pouvoir déposer au courant de ce mois de mars.

Interrogé à savoir si elle contiendra des concessions, il a convenu que « quand on négocie, ça ne peut pas être juste à sens unique. Il faut que ce soit dans les deux sens. Mais la prémisse est qu’il faut qu’on aille en appel de propositions pour que ce projet-là participe rapidement à la relance économique ». 

Selon lui, « il n’est pas question de détruire ce qui a été construit depuis tellement d’années. À un moment donné, il faut comprendre ce qu’eux autres [le gouvernement] veulent. On pense qu’on est dedans. Il faut avoir le désir de régler [...] Il ne faut pas que ça devienne un outil politique ».

En soirée, Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, a dénoncé le fait que le maire a révélé, la semaine dernière, le contenu de ses négociations avec le gouvernement.

« Ça ne se fait pas en affaires. Ça ne se fait pas en politique. Ça ne se fait tout simplement pas », a-t-il laissé tomber. 

D’après lui, « le maire dépense des sommes à des endroits où le tramway ne passera peut-être même pas ». Il a donc sommé M. Labeaume d’arrêter de décaisser de l’argent tant qu’il n’y aura pas d’entente formelle avec le gouvernement. 

« Rien de moins que Montréal »

Aux yeux du maire Labeaume, le projet de réseau structurant doit participer à la relance économique de Québec.

« La relance économique, ça ne peut pas juste avoir lieu à Montréal, a-t-il insisté. Les gens de Québec ont toujours refusé – et vont continuer de refuser – d’être traités comme une portion réduite par rapport à Montréal. Québec doit être proportionnellement aussi bien traitée que Montréal. Rien de moins que Montréal. C’est ça, le leitmotiv. » 

Régis Labeaume a également rappelé que les prochains pourparlers porteront essentiellement sur « les [deux] extrémités où il y a des problèmes », puisque les autres portions du tracé du tramway font consensus.

Par ailleurs, le maire a dit avoir « très bien noté » la récente ouverture du gouvernement à injecter davantage d’argent que les 3,3 milliards $ prévus dans le budget.