/finance/business
Navigation

Anciens du Rouge et Or: du football au milieu des affaires

D’anciens joueurs du Rouge et Or de l’Université Laval à la tête d’une entreprise en pleine expansion

De gauche à droite, Olivier Marcotte, Mickael Tremblay, Vincen
Photo courtoisie De gauche à droite, Olivier Marcotte, Mickael Tremblay, Vincent Alarie-Tardif et Kevin McGee ont tous à cœur de faire croître Écono Pro.

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise de rénovation Écono Pro, qui réunit plusieurs ex-joueurs de football du Rouge et Or de l’Université Laval, prend de l’expansion. Après Saguenay, une nouvelle succursale ouvre à Québec.

Leur passage dans les rangs du Rouge et Or les a bien préparés au milieu des affaires, estime Kevin McGee, copropriétaire de la succursale de Québec et ancien joueur. Appelés à se surpasser constamment, ils ont développé une discipline qui les suit jusque sur les chantiers. 

Écono Pro, qui a vu le jour il y a cinq ans à Saguenay, se spécialise dans les travaux de peinture, la rénovation et le remplacement de toitures.  

Expansion

« On est parti de rien. Quand on est sorti de l’Université, nous étions quatre employés. Maintenant, nous sommes 35. On a des vrais peintres de métier avec leur carte. On exécute aussi des contrats commerciaux », relate l’ancien no 24. 

À Saguenay, où l’entreprise est bien implantée, Écono Pro réalise près de 150 contrats de peinture extérieure par année, en plus de la division de toitures qui est tout aussi occupée.

À l’origine, c’est l’ex-porteur de ballon du club, Vincent Alarie-Tardif, qui a saisi l’occasion en créant Écono Pro avec son meilleur ami, Olivier Marcotte. Rapidement, d’autres anciens joueurs se sont greffés à l’équipe, comme Kevin McGee et d’autres. 

Québec et Gatineau

Après des années à faire l’aller-retour dans le parc des Laurentides, ce dernier a convaincu ses partenaires d’ouvrir une succursale à Québec, ce qui est maintenant chose faite. Il est aussi question de prendre de l’expansion du côté de Gatineau. 

« On veut grossir et on souhaite pouvoir travailler avec des anciens de l’Université. Le Rouge et Or, c’est une bonne école pour trouver de bons employés. On connaît déjà des anciens joueurs et des joueurs actifs qui ont un intérêt pour venir travailler avec nous. »

« En travaillant avec des gars comme ça, on sait tout de suite que ça va bien aller. On n’a pas besoin de s’inquiéter si la personne va être à l’heure le matin », a poursuivi M. McGee. 

Selon lui, le fait de réunir des athlètes qui ont le Rouge et Or tatoué sur le cœur contribue à créer un sentiment d’appartenance même sur les chantiers. 

« La complicité est là. C’est comme sur un terrain de football, on connaît nos points forts et nos points faibles. On sait comment ça marche, le travail d’équipe. »