/news/politics
Navigation

Contrats non honorés: «Probablement que ça vaut des centaines de millions de dollars»

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Paul St-Pierre Plamondon
Chef du PQ

Coup d'oeil sur cet article

Québec doit imiter New York et exiger des remboursements des entreprises qui n’ont pas livré la marchandise durant la pandémie, dit le chef du Parti québécois, selon qui l’État pourrait ainsi récupérer « des centaines de millions de dollars ».

• À lire aussi: Masques N95: Québec a donné 14 M$ à un fraudeur condamné

• À lire aussi: Gestion de la pandémie: les forces et les faiblesses du Québec

« [L’État de] New York a dépensé 1,1 milliard$ pour acheter de l’équipement rapidement. Là-dessus, ils en ont récupéré 233 millions$ », souligne Paul St-Pierre Plamondon en citant un article paru dans le New York Times en décembre dernier.  

Au Québec, notre Bureau d’enquête a recensé pour 3,8 milliards $ en contrats liés à la pandémie de COVID-19 octroyés de gré à gré depuis le mois de février dernier. Parmi ceux-ci, certains ont été accordés à des entreprises qui semblent avoir peu ou pas d’expérience dans le domaine médical.  

Par exemple, une société mexicaine de centres d’appels a obtenu un contrat de 31,7 M$ pour fournir des blouses médicales.  

Hier, le Journal rapportait que Québec espère récupérer près de 14 M$ versés pour 3 millions de masque N95 jamais livrés. L’homme d’affaires qui avait obtenu le contrat, Michael Caridi, avait déjà été reconnu coupable de fraude aux États-Unis.  

Le gouvernement a d’ailleurs reconnu que certaines entreprises n’ont pas livré la marchandise et que des démarches judiciaires sont en cours « pour des commandes annulées ».  

En se basant sur l’exemple new-yorkais, Paul St-Pierre Plamondon avance que des sommes colossales pourraient être en jeu. « Probablement que ça vaut des centaines de millions de dollars en fonds publics qu’on doit récupérer rapidement, souligne-t-il. [...] Plus on attend, moins on a de chances de recouvrer notre argent. »   

Manque de transparence

Au sud de la frontière, tant l’État que la Ville de New York ont entrepris des recours juridiques contre des entreprises qui n’ont soit jamais livré la marchandise, soit fourni l’équipement beaucoup plus tard que prévu.  

Paul St-Pierre Plamondon appelle donc le gouvernement Legault à faire preuve de transparence dans ce dossier. Québec doit publier rapidement les contrats accordés durant la pandémie (en caviardant les éléments confidentiels), le coût à l’unité payé pour les équipements de protection et la liste des entreprises qui n’ont pas honoré leurs contrats, dit le chef péquiste.  

« Et, tout de suite, le gouvernement doit divulguer les démarches immédiates qu’il va prendre pour recouvrer les sommes », ajoute-t-il. Bien sûr, Québec doit d’abord donner la chance aux entreprises de rembourser les sommes avant d’entreprendre des recours judiciaires et de rendre leurs noms publics, précise M. St-Pierre Plamondon.  

Legault refuse

Le premier ministre François Legault a toutefois récemment fermé la porte à l’idée de divulguer ces contrats. « Tout ce qui est possible d'être rendu public a été rendu public. On a donné la liste de tous les contrats, les entreprises, les montants qui sont en jeu », a-t-il déclaré au Salon bleu en réponse à une question du PQ.  

Même refus quant au coût à l’unité des équipements de protection. « On ne va pas aller dire à la face du monde entier combien on a payé par masque. Imaginez-vous dans quelle position on se mettrait dans les prochaines négociations, les deux mains attachées dans le dos », a déclaré le premier ministre.  

« C’est très inquiétant comme réponse », réplique Paul St-Pierre Plamondon en évoquant les 3,8 milliards$ en jeu. « La transparence est de mise », plaide-t-il.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.