/sports/racing
Navigation

Une première pour Florence Brunelle

Florence Brunelle
Photo courtoisie, Patinage de vitesse Canada Florence Brunelle

Coup d'oeil sur cet article

À seulement 17 ans, Florence Brunelle vivra déjà son premier championnat mondial senior.

Ça sera aussi la première compétition internationale avec les grandes pour la patineuse de Trois-Rivières. 

Brunelle a aussi été la première femme sélectionnée pour les épreuves individuelles. « C’est une surprise, mais c’était envisageable, a-t-elle souligné. J’ai connu de très bons entraînements lors des derniers mois qui ont mené à la sélection. J’ai super hâte de vivre cette première expérience internationale. Je veux prendre de l’expérience, mais aussi livrer des performances à ma hauteur. »

Travail acharné

Gagnante de quatre médailles l’an dernier au championnat mondial junior et aux Jeux olympiques Jeunesse, Brunelle a rapidement gravi les échelons. « Ça va rapidement, a-t-elle reconnu, mais j’ai fait le travail pour atteindre mes objectifs. Je n’avais pas de plan de match précis. J’y allais au jour le jour et je me fixais des objectifs réalistes. »

Malgré ses succès dans les rangs juniors, Brunelle est pleinement consciente que l’écart est grand au moment de faire le saut avec les meilleures patineuses au monde.

« Le junior et le senior, c’est complètement différent, a-t-elle résumé. Mes voyages dans le junior m’ont donné un bon aperçu pour la logistique et le rythme de vie en voyage, mais le calibre n’est vraiment pas pareil. Parce que je n’ai jamais affronté mes adversaires, je ne sais pas à quoi m’attendre, mais j’ai hâte de voir où je me situe. »

Un défi difficile ?

En raison de l’absence de la triple médaillée des Jeux olympiques de 2018 Kim Boutin qui a fait l’impasse sur le mondial pour maximiser sa préparation des Jeux de 2022, Brunelle ressent-elle une pression additionnelle ? « Il n’y a pas plus de pression parce que Kim n’est pas présente parce que j’ai tout à gagner et rien à perdre. Il y a un stress, mais c’est un bon stress. J’ai besoin de ressentir un stress pour livrer la marchandise. »

« Au début, je ressentais plus de pression, mais j’ai réalisé que je dois être vraiment contente d’être la patineuse numéro un et que mes résultats au mondial ne définiront pas la suite. Je ne suis pas censée tout réussir. Je ne me dis pas que je dois bien faire à tout prix. »

Sébastien Cros est surpris de la progression fulgurante de Brunelle. 

« Florence possède de bonnes qualités physiques et une bonne attitude, mais c’est une surprise qu’elle ait progressé aussi rapidement, analyse l’entraîneur-chef de l’équipe nationale. Elle peut progresser encore beaucoup. Une première compétition internationale, c’est quand même gros et je suis content qu’elle puisse la vivre dès cette année en prévision des sélections olympiques. »

À VOIR ÉGALEMENT...