/misc
Navigation

L’aide à mourir pour TLMEP, svp!

Coup d'oeil sur cet article

La grand-messe du dimanche soir de Radio-Canada est née en même temps que les réseaux sociaux et elle a prospéré avec eux et en partie grâce à eux.

Ironie du sort, c’est à cause d’eux que Dany Turcotte, le fou du roi de Tout le monde en parle, a quitté un rôle qui lui a rapporté jusqu’ici plus de 4 millions $. Ce pauvre Dany n’en pouvait plus du déferlement de haine et d’agressivité que lui valait chaque semaine l’émission sur les réseaux sociaux.

Insinuations, sous-entendus, provocation et animosité qui sont le pain et le beurre des réseaux sociaux furent aussi à l’origine du succès fulgurant de TLMEP. Radio-Canada a eu la main heureuse en choisissant Guy A. Lepage comme animateur. L’humoriste et auteur, pilier de Rock et Belles oreilles, est un fin renard. Il est arrogant et provocateur et il sait distiller juste le venin qu’il faut pour créer le malaise et engendrer la controverse.

Les premières années, TLMEP fit des têtes de Turc de nombreux invités sans défense. Des dizaines d’émissions mirent la table pour d’impitoyables dîners de cons dont les victimes sortirent accablées. Vous en doutez ? Allez sur YouTube visionner l’émission du 24 septembre 2009 qui a fait un sort infâme à la romancière Nelly Arcan. 

UNE TOTALE IMPUNITÉ

Lepage, Turcotte et même Martin Matte, qu’on avait invité, s’arrachèrent leur fragile victime avec une délectation qui donne la nausée. Pareil carnage leur vaudrait aujourd’hui d’être congédiés séance tenante. À l’époque, Radio-Canada s’en était lavé les mains. Comme le diffuseur l’a fait dans des dizaines d’autres occasions, TLMEP jouissant aux yeux de la direction d’une incroyable impunité.

Les outrances avaient donné un tel élan à l’émission du dimanche qu’elle a fini par s’assagir sans perdre trop de public. Petit à petit, elle a fait des incursions hors du créneau des variétés pour s’approprier celui de l’information et des affaires publiques. Les journalistes de Radio-Canada et Alain Saulnier, leur patron de l’époque, s’indignèrent souvent, mais sans succès, de voir l’émission piétiner leurs plates-bandes. TLMEP avait donné, par exemple, un essor incroyable au NPD lors de la campagne électorale de 2011 en faisant avec son chef Jack Layton une entrevue outrageusement complaisante.

Depuis la pandémie, TLMEP n’est plus qu’un ersatz du concept d’origine. Rien d’étonnant à ce que Dany Turcotte n’y trouvait plus sa place. Même Thierry Ardisson doit se demander pourquoi il touche encore 15 000 $ de droits par émission pour un concept qu’il ne reconnaît sûrement plus.

POUVONS-NOUS PARLER D’ÉMISSION ?

Sachant la SRC toujours très soucieuse de ne pas dilapider les fonds publics, elle a dû réduire d’au moins la moitié le cachet de Guy A. Lepage. Maintenant que l’émission est en direct, il n’a plus à passer des heures interminables en montage pour orienter les entrevues. 

Sans montage, sans public, sans petite carte, sans vin et sans animateurs de foule, les coûts de production sont sûrement au ras des marguerites. La démission de Dany Turcotte les soulage encore de 10 000 $ par émission. Ces multiples économies doivent faire de TLMEP l’émission la moins coûteuse de Radio-Canada.

Mais pouvons-nous encore parler d’émission ? La mouture COVID de TLMEP est exsangue, anémique et monotone. Radio-Canada devrait avoir honte de diffuser un pareil succédané le dimanche soir, un moment de télévision si privilégié. Se trouvera-t-il à la direction quelqu’un d’assez courageux pour invoquer l’aide à mourir pour cette émission moribonde ?