/news/society
Navigation

Incapables d’être servis en français: le nombre de plaintes explose

Le nombre de plaintes a explosé dans les cinq dernières années à l’Office québécois de la langue française

Plaintes français
Photo Pierre-Paul Poulin Les trois quarts des plaintes reçues concernaient des entreprises de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Deux fois plus de Québécois se plaignent depuis cinq ans de ne pas pouvoir être servis en français. Une situation qui préoccupe le gouvernement.

• À lire aussi: Incapable d’être servi en français

• À lire aussi: Nos lecteurs dénoncent 200 commerces

En 2019-2020, l’Office québécois de la langue française (OQLF) a reçu 1048 plaintes de personnes qui estiment ne pas avoir pu se faire servir en français au Québec. Ils étaient 418 il y a cinq ans.

Dans plusieurs régions et surtout à Montréal, le nombre de plaintes a connu une hausse marquée. Pas moins de 787 plaintes ont été recensées l’an dernier pour la métropole alors qu’il n’y en avait eu que 496 l’année précédente.

« Depuis plusieurs années, le nombre de plaintes que reçoit l’Office pour l’ensemble du Québec augmente et la proportion de celles portant sur la langue de service est de plus en plus grande », confirme Chantal Bouchard, porte-parole de l’entité chargée de veiller sur le français dans la province.  

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher avec Pierre Nantel sur QUB radio:   

Pas surprenant

Ces chiffres ne sont pas surprenants, si l’on se fie à ce que notre Bureau d’enquête a constaté l’automne dernier en visitant une trentaine de commerces du centre-ville de Montréal. La moitié d’entre eux proposaient un accueil unilingue en anglais et dans certains cas, il avait même été impossible de se faire servir en français, après avoir insisté sur notre préférence pour utiliser cette langue.

« Le plus souvent, ce sont les grandes bannières commerciales ayant de nombreux établissements qui font l’objet de plaintes », explique Mme Bouchard.

Ces données, rendues publiques en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, regroupent les plaintes jugées recevables par l’OQLF sur la langue de service, c’est-à-dire quand un citoyen ne peut être servi en français même après en avoir fait la demande.

Elles sont jugées « préoccupantes » par le cabinet de Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la Langue française.

« Ce n’est pas normal et ce n’est surtout pas acceptable, a écrit l’attachée de presse, Élisabeth Gosselin. Les Québécois ont le droit d’être servis et informés en français. Il s’agit d’un droit fondamental. »

Critiqué pour avoir reporté le dépôt de son projet de loi pour renforcer la loi 101, le ministre déposera au cours de la présente session parlementaire sa réforme, a réitéré son cabinet.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Déclin du français 

« J’ai bien l’impression qu’il s’agit d’un symptôme évident du phénomène de régression du statut du français comme langue de commerce et d’usage normal dans l’espace public », soutient le président du Mouvement Québec français, Maxime Laporte.

« Quand la population est tannée, elle fait des plaintes, ajoute Marie-Anne Alepin, présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Ce qui est bien, c’est que les citoyens participent. Oui, il y a un recul du français, mais en plus de ça, les gens ont envie de poser des gestes d’action et l’OQLF se fait connaître de plus en plus. »

  • Écoutez la chronique de Mathieu Bock-Côté au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Régions

Le chercheur Frédéric Lacroix, auteur du livre Pourquoi la loi 101 est un échec, observe une corrélation entre les régions où les plaintes augmentent et celles où le français décline le plus rapidement. Des augmentations importantes sont observées à Laval, en Outaouais et en Montérégie.

« Ce qu’on voit, c’est que la dynamique du recul du français n’est plus seulement à Montréal ni à Laval, mais qu’elle est en train de déborder en Montérégie et dans l’ouest », explique-t-il.


En 2019-2020, plus de 800 interventions ont été réalisées par l’OQLF concernant la langue de service. 

Un sommet de plaintes reçues depuis 5 ans  



2019-2020 2018-2019 2017-2018 2016-20172015-20162014-2015
Montréal 787 496 453 392406306
Montérégie 83 62 40 313235
Outaouais 69 37 35 443321
Laval 51 35 28 253020
Laurentides 21 17 9 7118
Québec 17 11 14 11137
Estrie831508
Lanaudière633726
Mauricie313012
Abitibi-Témiscamingue100033
Chaudière-Appalaches122411
Centre-du-Québec111110
Bas-Saint-Laurent000011
Saguenay-Lac-Saint-Jean001000
Côte-Nord000200
Nord-du-Québec010000
Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine012100
TOTAL1048670592530534418

Source : OQLF

À VOIR ÉGALEMENT...