/misc
Navigation

Le variant a chambardé le plan Legault

Conféren de presse santé publique
Photo courtoisie, Émilie Nadeau Le premier ministre François Legault lors de la conférence de presse sur la pandémie de COVID-19, mercredi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault croyait d’abord limiter la zone rouge à l’île de Montréal et à Laval, et annoncer la reprise des sports organisés mercredi dernier, mais la peur du variant a chambardé les plans. Et avant que d’autres régions ne changent de couleur, il voudrait ramener les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire en classe tous les jours.

• À lire aussi: Les bulletins des élus à l'Assemblée nationale

La planification des assouplissements annoncés mercredi par le premier ministre n’a pas été de tout repos. La semaine précédente, tous les indicateurs étaient positifs. Mais l’arrivée du variant britannique, une fois et demi plus contagieux, a modifié la perspective des mois de mars et avril. 

Samedi dernier, les experts de la Santé publique ont convaincu le gouvernement de ne pas faire passer à l’orange toute la périphérie montréalaise, des Laurentides à la Montérégie et Lanaudière. Dès lors, la cause était entendue. Les tractations qui ont eu lieu dans les heures précédant l’annonce concernaient plutôt la possibilité de donner le feu vert au sport organisé, et de permettre des spectacles en zone rouge.

Le gouvernement a repoussé ces décisions pour gagner du temps, et observer les premiers jours de retour à l’école. Ce qu’on veut éviter à tout prix, c’est de devoir faire marche arrière. Donc, seule la reprise des activités parascolaires en bulle-classe à compter du 15 mars a été officialisée, même si le gouvernement est conscient des faiblesses de ses choix. Pourquoi permettre l’ouverture des piscines pour la relâche, par exemple, mais interdire la tenue de pratiques pour certains sports? «Il y a peut-être une incohérence, mais il va falloir tolérer cette incohérence-là pour y aller progressivement», nous explique une source gouvernementale.

La semaine prochaine, les caquistes aimeraient annoncer la possibilité de rouvrir les installations dans les gymnases et les grands plateaux sportifs.

Orange pour longtemps

Malgré les demandes des régions comme la Côte-Nord et la Gaspésie, où le virus est pratiquement disparu, il n’a jamais été question de faire passer qui que ce soit au jaune.

Même s’il n’est plus du tout justifié de maintenir un couvre-feu dans ces secteurs, le gouvernement et la Santé publique jugent que la campagne de vaccination n’est pas suffisamment avancée pour changer le code de couleur.

«Ce n’est pas la situation épidémiologique, c’est la capacité de vacciner plus de monde, c’est une question de protection», résume-t-on.

Il est vrai que le Saguenay–Lac-Saint-Jean, par exemple, avait été l’objet d’une flambée soudaine, après avoir été longtemps épargné. Le gouvernement a retenu que même dans une région où tout est calme, la chaloupe peut chavirer. On se demande pourquoi le Dr Arruda a affirmé qu’un possible passage au jaune serait examiné dans les prochains jours, puisqu’il apparaît clair qu’il n’y aura pas de changement de palette de couleur avant deux semaines.

Les élèves en classe

Outre le sport, l’autre priorité serait de permettre aux jeunes du deuxième cycle de secondaire de retourner en classe tous les jours, plutôt que les cantonner dans une alternance un jour sur deux en école à distance. Cet allègement serait possible, par exemple en zone orange, si l’on voit que la situation reste stable après la relâche. Il pourrait survenir avant la réévaluation du code des couleurs dans deux semaines.

Ça ne serait pas trop tôt, parce que la motivation et la concentration des ados sont plutôt limitées lorsqu’ils sont derrière un écran, à la maison.

L’équipe de François Legault sait qu’il règne une «fatigue normale» et certaines frustrations sont inévitables. Mais il espère maintenir l’équilibre entre donner l’espoir que le Québec va dans la bonne direction, et s’assurer que les consignes sont encore suivies avant qu’une majorité ne décroche.