/world
Navigation

Entrevue avec Oprah : Harry et Meghan Markle se vident le coeur

Coup d'oeil sur cet article

Racisme, ragots et aucun support : la vie au palais de Buckingham n’avait rien d’un conte de fées, ont confié le prince Harry et son épouse Meghan Markle, dans une entrevue explosive avec Oprah diffusée dimanche. 

• À lire aussi: Meghan et Harry: entrevue royale

• À lire aussi: La reine s'adresse au Commonwealth avant l'interview de Harry et Meghan

• À lire aussi: Sexe, mensonges et abdication: les scandales de la famille royale britannique

« Je ne voulais tout simplement plus être en vie. C’étaient des pensées constantes, effrayantes, réelles et très claires. Je suis allée voir l’institution pour leur dire que j’avais besoin d’aide et on m’a dit que je ne pouvais pas en recevoir, que ça ne serait pas bon pour [l’image de] l’institution », a relaté avec émotions la duchesse de Sussex, en entrevue avec l’animatrice Oprah Winfrey.     

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher avec Pierre Nantel sur QUB radio:   

À cœur ouvert

Près d’un an après leur départ précipité de Buckingham Palace, le prince Harry et son épouse, Meghan Markle, se sont ouverts au monde entier pour raconter leur version des faits et le traitement qu’ils ont reçu de la part de la « famille royale » et de la presse britannique. 

« Il faut séparer la famille de l’institution [...] La reine a toujours été incroyable avec moi. Tout le monde m’a bien accueilli », a précisé Meghan Markle. 

La vilaine

Pourtant, scandale après scandale, c’était toujours la duchesse qui était pointée du doigt comme la « vilaine » par la presse, a résumé Oprah en comparant différentes couvertures lors de l’entrevue sur CBS. 

« Je voyais l’histoire se répéter, et de façon beaucoup plus dangereuse, parce qu’on ajoute une question de races et des médias sociaux », a indiqué pour sa part le petit-fils de la reine Elizabeth II, faisant référence aux évènements ayant mené au décès de sa mère, Lady Diana. 

Surnommée « Lady Di », la princesse du peuple est décédée en 1997 dans un accident de voiture, tandis que son chauffeur tentait de fuir les paparazzis. 

« [L’institution] pouvait nous aider, partager la vérité ou “rappeler les chiens”. Donc, de ne recevoir aucune aide et de se faire dire “c’est ça qui est ça”, c’est dur », poursuit le prince Harry.  

  • Écoutez la chronique d'Anaïs Guertain-Lacroix sur QUB radio:    

Racisme à Buckingham 

Enceinte d’une petite fille, l’ancienne actrice n’a à son tour pas pesé ses mots pour relater l’enfer qu’elle a vécu alors qu’elle attendait son premier enfant, le petit Archie. 

« Quand j’étais enceinte, il y avait toutes ces conversations sur le fait que notre bébé n’aurait pas de sécurité, ne recevrait pas de titres royaux, et aussi, des préoccupations et conversations sur sa couleur de peau », a-t-elle relaté, choquant l’animatrice.

Des téléspectateurs britanniques ont fortement réagi aux accusations du couple sur les réseaux sociaux, réclamant que le duc et la duchesse soient dépouillés de leurs titres pour avoir été irrespectueux envers la reine.  

Déclarations du couple  

« J’ai réalisé que non seulement je n’étais pas protégée, mais ils étaient prêts à mentir à notre sujet pour protéger d’autres membres de la famille. »

« Nous sourions et faisions notre travail, mais dans le noir, je ne faisais que pleurer [...] J’espère que les gens vont comprendre qu’il y a toujours deux côtés. » 

« Il n’y a pas de cours pour apprendre à devenir “royal”. Même pour l’hymne national, [...] j’ai dû l’apprendre sur Google, tard la nuit. Je ne voulais pas les embarrasser. »

– Meghan Markle

« Il y a eu plusieurs opportunités pour ma famille de montrer publiquement leur support [...] mais je suis aussi parfaitement conscient de la crainte de ma famille que les Tabloïds leur tournent le dos » 

« J’étais piégé [par le système]. Je ne savais pas que j’étais piégé. [...] Mon frère et mon père sont aussi piégés. Ils ne peuvent pas juste partir. »

– Prince Harry