/finance/business
Navigation

Le gouvernement préfère une étrangère pour le site Québec.ca

Le ministère du Conseil exécutif a octroyé un contrat à la firme Cardinal Path

La consultante et formatrice en Google Analytics 360 Myriam Jessier a donné des formations partout dans le monde, de Berlin, à Zurich, en passant par Québec, Chicoutimi, Rimouski et Mont-Saint-Anne. Elle est la cofondatrice de Pragm.
Photo courtoisie La consultante et formatrice en Google Analytics 360 Myriam Jessier a donné des formations partout dans le monde, de Berlin, à Zurich, en passant par Québec, Chicoutimi, Rimouski et Mont-Saint-Anne. Elle est la cofondatrice de Pragm.

Coup d'oeil sur cet article

Une entrepreneure d’ici, experte en Google Analytics 360, saisit mal pourquoi le gouvernement du Québec a préféré octroyer un contrat de 150 000 $ US pour son site web Québec.ca à une firme étrangère.

« Ça me brise un peu le cœur de se dire qu’on ne sera jamais assez bon aux yeux du gouvernement, qui est pourtant censé nous représenter. Pourquoi faut-il aller chercher ailleurs ? On est juste là, à deux centimètres », a déploré Myriam Jessier, cofondatrice de Pragm, spécialiste certifiée en Google Analytics.

Le 20 mars 2020, le ministère du Conseil exécutif a octroyé d’urgence un contrat de 150 000 $ US à la firme Cardinal Path pour fournir les droits d’accès et d’utilisation de la plateforme « Google Analytics 360 ».

Voyant venir la pandémie, Québec a voulu s’organiser pour mesurer les statistiques de fréquentation de Québec.ca, le principal point de contact pour de l’information sur la COVID-19.

Dans l’urgence de la pandémie

Résultat : Québec a octroyé de gré à gré le contrat à la firme Cardinal Path, qui a trois bureaux au pays, et qui appartient au géant japonais du marketing Dentsu, dont le siège social est à Tokyo. 

« Devant l’urgence, ce contrat a été octroyé de gré à gré temporairement afin de procéder en parallèle à la publication d’un appel d’offres public », peut-on lire dans l’exposé des motifs qui ont favorisé cette entreprise, consulté par Le Journal.

Or, pour Myriam Jessier, experte senior en Google Analytics 360 et formatrice qui aurait aimé mettre la main à la pâte, la pilule ne passe pas.

« Je peux le faire, et je ne suis pas la seule. Je peux nommer une douzaine de spécialistes qui peuvent faire cela. Je trouve ça triste. On n’a pas entendu parler de ce contrat dans la communauté locale », a-t-elle indiqué.

D’après Myriam Jessier, l’analyse de données requiert une bonne connaissance de la culture locale et le fait de confier ce mandat à une étrangère était une erreur.

Savoir-faire québécois

Ces derniers jours, d’autres experts en intelligence de données ont dit au Journal que le Québec regorge d’experts en Google Analytics 360.

Pour Laura Corriveau, conseillère RP et médias sociaux chez YPR, dont les cours avancés en Google Analytics du Collège Ahuntsic ont été payés en partie grâce à un programme du gouvernement québécois, ce choix est discutable.

« Le Québec aurait dû regarder au Québec avant. Il y a tellement d’agences qui font ça, ici. C’est hallucinant. C’est sûr que tu peux trouver quelqu’un qui peut faire ça », a-t-elle observé avec la description du contrat sous les yeux.

Le cabinet du premier ministre François Legault n’a pas voulu commenter l’affaire.

– Avec la collaboration d’Andrea Valeria


En Amérique du Nord, Cardinal Path a des bureaux à Vancouver, Toronto, Saint-Jean, Chicago et New York. Sa société mère, Dentsu, compte 66 000 employés à travers le monde.