/world/usa
Navigation

Le premier flacon de vaccin anti-COVID injecté aux États-Unis entre au musée

Coup d'oeil sur cet article

Le flacon ayant contenu la première dose de vaccin anti-COVID-19 administrée aux États-Unis, le 14 décembre 2020, vient de rejoindre le Musée national d'histoire américaine de Washington, dans le cadre de sa collecte d'objets liés à la pandémie. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

L'hôpital new-yorkais de Northwell – dont l'infirmière Sandra Lindsay fut la première personne aux États-Unis à être immunisée – a fait don au musée de la fiole de vaccin Pfizer-BioNTech utilisée, accompagnée de la seringue, de la carte de vaccination de l'infirmière et des vêtements professionnels qu'elle portait le jour J, a indiqué le musée sur son site.

AFP

«Ces objets désormais historiques documentent non seulement les progrès scientifiques remarquables [réalisés face à la pandémie], mais représentent aussi l'espoir pour les millions de personnes touchées par les crises en cascade générées par la pandémie», a déclaré Anthea Hartig, directrice du musée.

De tous les pays au monde, les États-Unis accusent le bilan le plus lourd de la pandémie en valeur absolue, avec plus de 528 000 morts et plus de 29 millions de cas recensés, selon l'Université Johns Hopkins.

Ces objets vont rejoindre la collection que le musée a commencé à rassembler le 20 avril 2020: comme d'autres institutions culturelles à travers le monde, dont le musée Mucem de Marseille, il entend documenter la pandémie – tant les événements scientifiques ou politiques qui l'ont jalonnée que les réponses qu'elle a suscitées dans le monde du travail ou de la culture.

Le Musée national d'histoire américaine, qui fait partie du complexe de musées du Smithsonian, proche de la Maison-Blanche, a aussi lancé un appel national à idées sur ce qu'il pourrait collecter. Il a également invité les gens à partager des expériences personnelles sur un site internet, base d'une «capsule temporelle» destinée aux générations futures.

Le musée compte présenter certains de ces objets dans une grande exposition, In Sickness and in Health, consacrée à la façon dont les Américains font face aux maladies depuis le XIXe siècle, indique-t-on dans le communiqué, sans donner de date.