/sports/others
Navigation

Le Tour de Beauce reporté au mois de septembre

La 35e édition du Tour de Beauce a été reportée au mois de septembre.
Photo d'archives, Agence QMI La 35e édition du Tour de Beauce a été reportée au mois de septembre.

Coup d'oeil sur cet article

Le Tour de Beauce a pris la décision de reporter sa 35e édition qui devait avoir lieu en juin prochain à septembre (15 au 19) avec l’incertitude entourant la pandémie qui persiste. 

L’organisation fait le pari que la situation de la crise sanitaire continuera de s’améliorer d’ici là, ce qui permettrait la présentation de l’événement dans un contexte plus favorable. L’événement avait dû être annulé l’an dernier.

«On voyait bien que c’était quasiment impossible en juin pour les événements internationaux et on voulait être au calendrier le plus tard possible pour pouvoir le faire cette année. On a réservé la date auprès de l’UCI et on se croise les doigts pour que les astres s’alignent», a révélé le directeur général du Tour de Beauce, Francis Rancourt, joint par Le Journal.

Au-delà des contraintes liées aux restrictions frontalières et à la quarantaine pour les voyageurs, l’imposante liste de mesures sanitaires à respecter lors de courses sanctionnées par l’UCI ont aussi fait pencher la balance vers un report à la toute fin de l’été.

Nombreuses contraintes

M. Rancourt a rappelé que les cyclistes et les membres de leurs équipes doivent notamment se soumettre à des tests de dépistage réguliers à la COVID-19 depuis la reprise des courses présentées essentiellement en Europe. Les organisateurs ont également dû considérer les exigences potentielles de la Santé publique pour le sport organisé.

«C’est très compliqué présentement avec l’UCI [...]  En septembre, on est en droit de penser que les mesures de distanciation vont peut-être diminuer et que ce sera plus facile de voyager à l’international. De plus, les Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal seront la fin de semaine d’avant.

«Si ça voyage pour eux, ils pourront accueillir leurs équipes de niveau 1 et sur invitation celle de niveau 2. Nous, on a le droit d’avoir des équipes de niveau 2», a expliqué le directeur général, qui croit même que les athlètes québécois évoluant sur le World Tour, comme Hugo Houle et Guillaume Boivin, pourraient se laisser tenter par l’épreuve beauceronne sous les couleurs canadiennes après celles de Québec et Montréal.

La survie du Tour dépend-elle d’une présentation cette année? «Si jamais on est obligés d’annuler, on est capable de regarder en 2022. On est une organisation quand même en bonne santé et je pense qu’on peut passer à travers», a répondu Francis Rancourt.