/investigations
Navigation

Autres allégations contre le maire de L’Île-Bizard

Il aurait «insisté» pour superviser un appel d’offres

Normand Marinacci CMQ
Photo tirée de la page Facebook de Normand Marinacci Hier, notre Bureau d’enquête révélait que le maire de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Normand Marinacci, avait protégé un fonctionnaire au comportement douteux.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de l’arrondissement de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Normand Marinacci, est visé par de nouvelles allégations d’ingérence, cette fois dans le cadre d’un appel d’offres.

• À lire aussi: Le maire blâmé pour avoir protégé un employé gênant

M. Marinacci aurait pris part à un processus d’appel d’offres public en ingénierie, à l’encontre de la volonté des fonctionnaires, fait état un document de la Ville de Montréal obtenu par notre Bureau d’enquête.

Ce document découle d’une enquête interne sur Daniel Le Pape, ancien directeur général de cet arrondissement de l’ouest de l’île de Montréal.

« La présence du maire et de l’attaché politique porte ombrage à ce processus. [Le directeur] aurait informé le maire que sa présence était inappropriée, mais ce dernier aurait insisté », peut-on y lire.

Enquêtes internes

Hier, nous révélions que le maire Marinacci, un membre de l’équipe de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, était cité en déontologie par la Commission municipale du Québec (CMQ) pour avoir tenté d’empêcher le congédiement d’un fonctionnaire au comportement répréhensible.

Deux enquêtes internes reprochaient notamment à l’ancien coordonnateur de la sécurité publique, Vincent Harvey, d’avoir fait du vol de temps, d’avoir eu une relation intime avec une subalterne et d’avoir falsifié des rapports.

En entrevue, M. Harvey a affirmé que Normand Marinacci l’a plusieurs fois incité à donner ou à annuler des constats d’infraction remis à des citoyens.

Les interventions du maire dans ce dossier et dans celui de l’appel d’offres ont contribué au congédiement du directeur Daniel Le Pape, à la fin de l’année dernière.

On reproche au fonctionnaire d’avoir partagé des informations avec sa femme, mais aussi d’avoir manqué de « prudence et de diligence » dans ces dossiers pour lesquels il s’est finalement plié aux demandes du maire de Projet Montréal.

L’ancien directeur conteste son congédiement en cour. 

Silence de la mairesse

À la suite de nos révélations d’hier, l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal a demandé la démission du maire Normand Marinacci.

« C’est choquant. Les allégations sont très graves, c’est de l’ingérence politique pure et simple », a affirmé le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

La mairesse de Montréal et cheffe du parti Projet Montréal, Valérie Plante, n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue hier. 

« Nous allons laisser la CMQ accomplir son travail, et nous n’hésiterons pas à prendre les actions en conséquence », a indiqué son porte-parole, Youssef Amane, dans une déclaration écrite.