/news/education
Navigation

Déconfinement: lente reprise du parascolaire dans les écoles

Coup d'oeil sur cet article

À partir de lundi, toutes les écoles de la province pourront officiellement organiser des activités parascolaires avec des élèves d’une même bulle-classe, une contrainte qui risque toutefois de mener à une lente reprise des activités offertes.

• À lire aussi: Déconfinement: un peu d’air pour les sportifs

• À lire aussi: Déconfinement du sport: un avancement important, selon les fédérations

« Il ne faut pas s’attendre à une foule d’activités », prévient d’entrée de jeu Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire. 

L’organisation en bulle-classe complique les choses, explique-t-elle. « L’intérêt du parascolaire, c’est d’offrir une variété d’activités en fonction des intérêts des élèves », un concept difficile à appliquer à un même groupe d’élèves, explique Mme Legault.

La reprise sera forcément à géométrie variable, indique-t-on du côté de l’Association québécoise du personnel de direction des écoles.

Dans certaines écoles, la tenue d’activités sportives est prévue dès lundi, alors que d’autres préfèrent attendre avant de se lancer dans une telle organisation, jugeant les consignes trop floues pour l’instant.

À pied d’œuvre

À la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement, on affirme plutôt que les écoles sont à pied d’œuvre, puisque les demandes d’information à ce sujet ont été nombreuses au cours des derniers jours.

« Je sens que les milieux se sont mobilisés pour organiser des activités », dit son président, Nicolas Prévost.

Or, dans certaines écoles, cet assouplissement ne changera pas grand-chose puisque des activités en bulle-classe étaient déjà offertes. 

Les consignes n’ont pas été comprises de la même manière partout puisque, selon un sondage réalisé par la Fédération des comités de parents du Québec au début de février, 18 % des répondants ont indiqué qu’il y avait des activités autres que pédagogiques dans l’école de leurs enfants. 

Le ministère de l’Éducation précise toutefois que ces pratiques n’auraient pas dû être autorisées, même en bulle-classe. 

Un « petit pas »

Plusieurs acteurs du réseau scolaire se sont par ailleurs réjouis des assouplissements annoncés vendredi pour la pratique d’activités sportives et parascolaires, dont les effets se feront surtout sentir en zone orange à partir du 26 mars, car des élèves venant de bulles-classes différentes pourront être réunis à nouveau tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

« C’est un petit pas, mais on est heureux des assouplissements », a affirmé David Bowles, président de la fédération qui représente les écoles privées.

Ce dernier rappelle toutefois que la priorité demeure le retour à temps plein des élèves du secondaire à l’école, alors que ceux de la troisième à la cinquième secondaire ont toujours de l’enseignement virtuel un jour sur deux.