/opinion/columnists
Navigation

Messieurs les évêques, mêlez-vous de vos affaires

Coup d'oeil sur cet article

Plus tôt cette semaine, la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a conseillé à ses ouailles de bien magasiner leur vaccin contre la COVID. La raison : AstraZeneca et Johnson & Johnson auraient « utilisé des lignées cellulaires dérivées de l’avortement dans leur développement, leur production et leurs essais cliniques ».

Le vaccin n’a pas de morale

Ici, il est question de moralité. Ce serait « amoral » pour ces messieurs (parce que oui, ce sont juste des monsieurs) en soutane d’être des collabos de l’avortement.  

On pourrait se surprendre qu’une telle position soit prise ici, au Canada, mais est-ce si surprenant que ça ? On se rappelle que les Évêques canadiens continuent d’avoir une position conservatrice sur l’avortement.

Complètement déplacé

N’empêche que cette prise de parole du CECC sur la campagne de vaccination est irresponsable quand on sait qui sont les fidèles de leur Église, majoritairement des gens plus âgés.

  • Écoutez la chronique de Martin Geoffroy, directeur du CEFIR et professeur de sociologie au cégep Édouard-Montpetit

Quand on mesure l’influence qu’a eue jadis le clergé sur la vie des baby-boomers et des générations qui les ont précédées, c’est d’autant plus inquiétant de le voir ressurgir dans le rétroviseur. 

Même en 2021, l’Église, et par le fait même ses représentants, continue d’exercer son emprise idéologique sur certaines personnes. Et qui sont ces personnes ? Souvent des gens âgés de plus de 70, ceux-là mêmes qu’on tente par tous les moyens de vacciner rapidement parce qu’ils sont les plus susceptibles de développer des complications ou de mourir du virus.

On a sorti l’Église de l’espace public lors de la Révolution tranquille, qu’elle reste à sa place et qu’elle ne se mêle pas des affaires de l’État. 

Si Monseigneur Lépine a timidement admis, hier, que la sortie des évêques canadiens comportait des faiblesses, ce n’est pas assez. Ça prend des excuses. On doit rectifier le tir. 

Et on va se le dire : l’Église a manqué une belle occasion de se taire.