/news/consumer
Navigation

La meilleure poutine au monde hors Québec est en France

Deux restaurateurs bretons ont été conquis par une dégustation à Montréal

Nicolas et Camille Gaudin
Photo courtoisie Nicolas Gaudin, à gauche, et son frère Camille devant leur restaurant Poutinebros à Rennes, en Bretagne.

Coup d'oeil sur cet article

Deux restaurateurs français qui se sont donné pour défi de faire découvrir la poutine à leurs compatriotes viennent de remporter le prix de la meilleure poutine à l’extérieur du Canada. 

Camille et Nicolas Gaudin sont tombés sous le charme de ce plat du terroir québécois lors d’un séjour en 2013 chez leur frère, qui habite Montréal.

« On est allés chez Poutineville et je ne savais même pas c’était quoi. On n’a probablement même pas terminé notre assiette tellement elle était grosse, mais on a accroché sur le goût », s’est remémoré Nicolas joint au téléphone depuis Rennes. 

La Sherbrooke, la poutine au chorizo et poulet pané qui leur a permis de remporter le prix de la meilleure poutine hors-Canada.
Photo courtoisie
La Sherbrooke, la poutine au chorizo et poulet pané qui leur a permis de remporter le prix de la meilleure poutine hors-Canada.

Vrai fromage en grains 

Exporter la poutine dans un pays où il n’existe ni cheddar en grains ni sauce brune n’aura cependant pas été une mince tâche. 

« On a mis trois ans pour arriver à une recette de sauce qui correspondait parfaitement à notre souvenir de la poutine québécoise », raconte le copropriétaire de la chaîne Poutinebros.

Les frères bretons ont également investi un an en « recherche et développement » pour concevoir un fromage qui faisait « squish squish », avant de conclure à la fin 2019 un partenariat avec la fromagerie Saint-Guillaume, dans le Centre-du-Québec.

« C’était important pour nous d’avoir du fromage en grains. Il y a d’autres poutineries en France, mais c’est souvent avec du fromage fondu, ce qui donne l’impression de manger une raclette », poursuit
Nicolas Gaudin, qui est très à cheval sur les traditions québécoises.

Il n’a jamais été question, par exemple, de créer une poutine au camembert ou au foie gras pour ne pas dépayser la clientèle franchouillarde.

« C’est sûr qu’il y a des gens qui sont étonnés au début par la texture du fromage caoutchouteux, mais en général, les gens adorent. La preuve, c’est qu’ils reviennent », témoigne Nicolas. 

Les Français en raffolent 

Sur le menu, on trouve plutôt des variétés à la viande fumée ou encore au
porc effiloché. 

La Sherbrooke, qui a été élue en février « meilleure poutine du monde hors Canada », marie pour sa part poulet pané, chorizo et champignons mijotés.

Outre cette prestigieuse récompense décernée par un jury québécois dans le cadre de La Semaine de la Poutine, les affaires vont plutôt bien pour Nicolas et Camille Gaudin.

Après l’ouverture d’un premier restaurant en 2014 à Rennes, en Bretagne, les deux frères ont maintenant pignon sur rue également dans la région parisienne et ils planchent sur d’autres projets d’expansion ailleurs en France.