/investigations/truth
Navigation

Le Québec n’est pas le champion des vaccins

GEN-COVID-19
Photo d'archives, Agence QMI Murielle Potvin a reçu son vaccin le 1er mars dernier au Stade olympique.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

Lors d’une conférence de presse, mardi, le premier ministre, François Legault, a vanté la performance du Québec en ce qui concerne la vaccination contre la COVID-19. « On est, le Québec, la province, actuellement, toute proportion gardée, qui a vacciné le plus », a dit M. Legault avec fierté.

LES FAITS

La réalité est un peu moins reluisante. Proportionnellement à sa population, le Québec est troisième sur 10 provinces en ce qui concerne le nombre de vaccins administrés. En effet, mardi, le Québec avait donné 6776 vaccins par tranche de 100 000 habitants, contre 7933 pour la Saskatchewan et 8889 pour l’Île-du-Prince-Édouard, qui trône au sommet. Là où le Québec est en tête, c’est en ce qui concerne la proportion de la population ayant reçu au moins une dose. Environ 7,1 % de la population québécoise avait reçu au moins une dose jeudi, contre 5,6 % pour la Saskatchewan, son plus proche poursuivant. Mais cette primauté s’explique surtout parce que le Québec a choisi de donner une première dose au plus de personnes possible. Quant au nombre absolu de vaccins administrés, l’Ontario menait le peloton mardi avec 943 533 doses données, contre 581 028 pour le Québec.

– Pascal Dugas Bourdon

 Les chiffres de la semaine : 16%  

C’est la proportion des femmes au sein des Forces armées canadiennes en février 2020. Ce pourcentage grimpe à 20,6 % au sein de la Marine, à 19,8 % dans la Force aérienne et descend à 13,5 % dans les forces terrestres. À titre de comparaison, cette part est de 11 % en moyenne dans les pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), selon la Défense nationale. 

Pour la première fois cette semaine, une femme a été nommée vice-cheffe d’état-major. Frances Allen, jusqu’alors représentante militaire du Canada à l’OTAN, est devenue la numéro 2 de la Défense. 

L’armée souhaite que les femmes comptent pour 25 % de son effectif d’ici 2026. Même si cet objectif n’a pas encore été atteint, l’effectif féminin augmente peu à peu depuis les dernières années, passant de 15,6 % en 2017-2018 à 16 % l’année dernière.

– Sarah Daoust-Braun