/finance/business
Navigation

L’emploi... un an après le début de la pandémie: la hausse salariale chez Costco saluée par le ministre

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre du Travail, Jean Boulet, a salué, vendredi, l’initiative de Costco Canada qui a augmenté le taux horaire de rémunération de tous ses travailleurs de 1 $ l’heure. Il estime qu’il faudra encore patienter « quelques années » au Québec avant d’avoir un salaire minimum à 15 $ l’heure.

Le 1er mars dernier, Costco Canada a fait bondir son taux horaire plancher de 15 $ à 16 $. Environ 38 000 des 40 000 employés canadiens de la chaîne ont profité de cette décision, et ce, peu importe leur échelon salarial. 

Après six ans, un caissier dans un magasin empoche près de 60 000 $ chez Costco. Cette augmentation de 1 $ a été offerte par le détaillant après qu’il eut mis un terme à sa prime COVID-19 de 2 $ l’heure.

« Il faut que je salue l’initiative de Costco. Dans les dernières années, il y a d’autres entreprises qui ont fait exactement la même chose [...] pour accroître leur taux de rétention. C’est l’un des effets de la pénurie de main-d’œuvre. Cela force les entreprises à s’adapter et à améliorer les conditions », a indiqué M. Boulet, à l’émission Mêlez-vous de vos affaires.

Costco perçoit cette augmentation comme un « bon investissement » à long terme, qui permet d’avoir un plus faible taux de roulement dans ses magasins. 

Un exemple à suivre ?

Questionné à savoir si d’autres géants dans le monde du commerce de détail devraient suivre l’exemple de Costco ou renouer avec leur programme de primes COVID-19, M. Boulet s’est montré prudent. 

« Ce n’est pas parce qu’on sort de la pandémie, graduellement, qu’il faut nécessairement enlever les incitatifs financiers. Je pense que la pandémie nous a fait réaliser la valeur de certains emplois », a-t-il mentionné, sans vouloir cibler de compagnie en particulier.

Actuellement, le salaire minimum au Québec est de 13,10 $ l’heure. Le 1er mai prochain, il va grimper à 13,50 $. Il s’agit d’une hausse de 3,2 % « qui tient compte de l’évolution de l’économie du Québec », a noté M. Boulet.

« Mon défi est d’avoir un salaire minimum qui est l’équivalent de 50 % du salaire moyen au Québec », a poursuivi le ministre, ajoutant devoir trouver un équilibre avec la capacité à payer des entreprises. « Il va monter et il va éventuellement atteindre 15 $. C’est une question de quelques années ».

Depuis plusieurs années, des organisations syndicales comme la FTQ, la CSN et la CSQ réclament un bond du salaire minimum à 15 $ l’heure.

– Avec la collaboration d’Yves Daoust