/finance/news
Navigation

Un gazebo en bois à 25 000 $, c’est complètement fou !

Mobile
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas une semaine qui passe sans qu’il y ait une hausse du prix des matériaux. Contreplaqué, bardeaux, bois traité, vis à plancher... et la saison des rénos et de la construction n’est même pas encore commencée.

La saison des moustiques s’en vient, elle aussi ! J’ai donc décidé de magasiner un gazebo pour vous. J’ai consulté cinq charpentiers-menuisiers en leur demandant une soumission pour un projet de terrasse fermée en cèdre avec toiture en acier, de 12 pieds sur 16 pieds. Une des soumissions reçues dépasse les 25 000 $... c’est le prix d’une voiture !

C’est au moins deux, voire trois fois plus cher qu’en temps normal, admet notre soumissionnaire. Et il n’y a pas que le prix du 2 x4 qui a triplé : les coûts de la main-d’œuvre aussi.

Toutes les raisons sont bonnes

La demande est tellement forte en prévision de la belle saison que les professionnels de la construction pèsent fort sur le crayon. Remarquez, ils seraient bêtes de ne pas augmenter leurs prix. Avec des taux d’intérêt au plancher, bien des clients sont prêts à payer le gros prix !

Revenons aux prix des matériaux. Toutes les raisons semblent bonnes pour facturer la totale.

Si le prix du bois explose, ce serait la faute de la pandémie et des feux de forêt aux États-Unis, l’an passé, nous expliquent les représentants de l’industrie. Les transformateurs, eux, disent qu’ils manquent de bois et qu’il faudrait bûcher plus d’arbres dans nos forêts.

Le milieu de la construction se plaint que trop de bois québécois prend la route des États-Unis. Qui dit vrai ? Qui s’en met plein les poches ?

Une chose est sûre, ceux qui produisent la matière première n’ont vraiment pas à se plaindre. Prenez le prix de l’acier, que l’on retrouve dans les structures, les toitures ou les vis. Les prix ont augmenté de 10 % à 40 % selon les produits. Le plus gros joueur, ArcelorMittal, a presque doublé ses profits depuis le début de la pandémie.

Le prix du bois fait peut-être rager les rénovateurs, il fait sourire bien des investisseurs. Prenez le titre de Produits forestiers Résolu (TSE : RFP) et ses 22 usines de transformation de bois. On parle d’un bond spectaculaire de 370 % en un an.

En ce moment, transformer un arbre en 2 x4, c’est très payant. Mais, pendant que les industriels s’enrichissent, nos bûcherons qui coupent les arbres à la sueur de leur front ne reçoivent pas une cenne de plus que l’an dernier. Il y a quelque chose qui cloche.


Pierre-Olivier Zappa anime l’émission À vos affaires sur LCN, à 18 h 30, du lundi au vendredi.

Conseils  

  • Si vous ne voulez pas retarder votre projet de rénovation ou de construction, il y a toujours la possibilité de dénicher les aubaines. En fouillant un peu, on économise gros. Partout au Québec, des commerces de surplus de matériaux offrent encore des prix raisonnables.   
  • J’ai trouvé une pergola neuve en bois traité (8 pieds sur 14 pieds) à 300 $ ! Méchant deal ! Un gazebo (100 pieds carrés) en bois traité à 2000 $ sur Facebook Marketplace, ajoutez 500 $ en frais de déménagement, et vous avez une redoutable aubaine.   
  • Pas besoin de payer 25 000 $ pour éviter les piqûres de moustiques.