/news/education
Navigation

Un «Harvard de l’autisme» sera construit au Québec

Une campagne de financement majeure est lancée pour ce concept unique

Centre d'autisme À pas de géants
Photo courtoisie La maquette du centre de la Fondation À pas de géant qui se situera à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

La Fondation À Pas de Géant lance une campagne de financement sans précédent afin de construire à Montréal un centre réunissant plusieurs services pour les personnes autistes et leur famille, un concept unique au Canada.

«On a l’ambition d’en faire le Harvard de l’autisme», lance l’animateur Charles Lafortune, père d’un garçon autiste âgé de 19 ans, qui est impliqué dans ce projet évalué à plus de 50 millions $.

L’école À Pas de Géant accueille présentement 90 élèves autistes dans un bâtiment construit dans les années 1950 qui n’a ni gymnase ni zone de répit lorsqu’un enfant se désorganise.

«Le bâtiment n’est pas du tout conçu pour les besoins des autistes», affirme Andrée Dallaire, coprésidente de la campagne de financement et mère d’une élève qui fréquente l’établissement.

D’où la volonté de construire une toute nouvelle école qui sera située sur le site du Technopôle Angus, dans le quartier Rosemont, et qui permettra d’accueillir davantage d’élèves.

Les besoins sont si grands présentement que l’école doit refuser neuf enfants sur dix en raison du nombre de places limité. 

«On veut en faire plus», lance Mme Dallaire.

Charles Lafortune, Animateur
Photo d'archives
Charles Lafortune, Animateur

Tout au long de leur vie

Le centre sera toutefois bien plus qu’une école. L’objectif est d’accompagner les autistes tout au long de leur vie. 

«Pour les 21 ans et plus, c’est le vide présentement», souligne Andrée Dallaire.

Le nouveau bâtiment abritera aussi un centre d’éducation et d’emploi pour adultes, des ressources communautaires pour les familles afin de leur donner accès à différentes activités ainsi qu’un centre de recherche.

«On veut créer un laboratoire vivant dans l’école», ce qui représentera une première à l’échelle canadienne, affirme la présidente de la campagne de financement.

L’objectif est de récolter 24 millions $, dont 60 % ont déjà été amassés grâce à différents partenaires privés.

Des discussions sont en cours avec le gouvernement provincial afin qu’il contribue à financer 50 % des coûts du projet.

Charles Lafortune espère de son côté que la réalisation de ce projet avant-gardiste «fasse des petits» ailleurs dans la province.

«Il y a une expertise qui s’est développée chez À pas de géant qui pourrait être utile à la grandeur du Québec. Le but, c’est de prendre cette expertise-là et de l’amener près des gens», affirme-t-il.

Depuis 10 ans, le taux de prévalence du trouble du spectre de l’autisme a augmenté de 154 %. Un enfant sur 66 reçoit désormais un diagnostic d’autisme.


L’ouverture du centre est prévue en 2023.