/news/currentevents
Navigation

Institut universitaire en santé mentale: 30 mois pour avoir menacé le personnel sur internet

Coup d'oeil sur cet article

Un patient de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec qui avait menacé de «faire le ménage» dans le personnel avec un complice a reçu une sentence de 30 mois.

Bipolaire, trimballé dans des familles d’accueil depuis l’âge de trois ans et sur la curatelle publique, Dereck Antonio Hervieux Di Bernardo était hébergé à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ) à l’été 2019. Lors d’échanges sur Messenger avec un complice, ceux-ci avaient discuté de «tuer des gens» lors d’une fusillade pour se venger du personnel de l’IUSMQ.  

C’est une amie de l’accusé, qui avait accès à son Facebook, qui a alerté les policiers. Celui qui a passé l’équivalent de 26 mois en détention a finalement plaidé coupable à une accusation de menace.   

À l’étape des représentations sur sentence, Di Bernardo a dit à la juge qu’il était «capable de changer» et a répété avoir «écrit des niaiseries» au moment de l’infraction. Il a cependant manifesté le désir de sortir de prison, notamment afin de consulter un psychiatre pour avoir la bonne médication et contrôler sa bipolarité.  

Malgré la période de détention préventive passablement longue, le procureur Me Jean-Sébastien Lebel s’est inquiété de la dangerosité de l’accusé. «Le fruit n’est pas mûr», a-t-il dit en mettant l’accent sur la sécurité du public.  

La juge Rena Émond a acquiescé à une partie de la demande de la Couronne, mais s’est aussi montrée de l’avis de l’avocate de la défense, Me Julie Bégin, qui demandait à ce que Di Bernardo ait les suivis nécessaires rapidement. «Plus vite on interviendra auprès de lui [...] plus vite on protégera la société», a estimé la juge.  

Ainsi, le jeune homme de 25 ans purgera 96 jours supplémentaires pour un total de 30 mois après quoi il retournera à l’IUSMQ, où un plan éducatif sera établi. Di Bernardo ne pourra cependant pas utiliser les médias sociaux pour les trois prochaines années.  

Son complice, Alain Ruel-Kirouac avait déjà reçu une sentence de 14 mois de détention.