/news/coronavirus
Navigation

AstraZeneca: Trudeau et Legault se font rassurants

AstraZeneca: Trudeau et Legault se font rassurants
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Québec et Ottawa ont tenu à rassurer la population sur la sécurité du vaccin d’AstraZeneca, après la décision de pays européens, comme la France et l’Allemagne, d’en suspendre l’utilisation, lundi. 

Le ministère de la Santé du Québec a souligné, en après-midi, qu’un «système étroit de surveillance» ainsi qu’une «veille internationale» ont été mis sur pied pour suivre la situation du vaccin.

• À lire aussi: Vaccin AstraZeneca: 10 cas possibles de caillots sanguins aux Pays-Bas

• À lire aussi: Vaccin AstraZeneca: beaucoup d’inquiétudes, mais aucune preuve d’un danger spécifique

• À lire aussi: AstraZeneca: l’Agence européenne des médicaments tiendra jeudi une «réunion extraordinaire»

Fait important, «le lot faisant l’objet de l’enquête européenne en cours n’a pas été expédié au Canada», a-t-on réitéré après quelques déclarations en ce sens au cours de la fin de semaine.

«Si jamais des informations confirmées permettent de croire que le vaccin d’AstraZeneca présente plus de risques qu’un autre, des mesures appropriées seront prises rapidement», a ajouté le ministère.

Car les effets secondaires associés au vaccin d’AstraZeneca en Europe ne semblent être le fait que d’un seul lot.

Justin Trudeau avait souligné le même point plus tôt en matinée en affirmant «qu’il n’y a aucune dose d’AstraZeneca qui est venue des mêmes "batchs" que celles qui sont préoccupantes en Europe». 

  • Écoutez l'entrevue du professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM et expert en virologie Benoit Barbeau avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

 

Après l’Irlande dimanche, l’Allemagne, la France et l’Italie se sont ajoutées lundi à la liste des pays qui ont mis sur pause l’utilisation de ce vaccin en raison de risques d’effets délétères, comme la formation de caillots sanguins. Cette liste s’allonge de jour en jour et contient maintenant une dizaine de pays européens.

En fin de compte, le message des gouvernements provincial et fédéral reste le même: le vaccin d’AstraZeneca est sécuritaire et toute personne désirant se faire vacciner ne devrait pas hésiter.

«Les premières informations disponibles suggèrent qu’il n’y aurait pas de lien de causalité direct entre l’administration du vaccin et certains problèmes de coagulation répertoriés. Pour l’instant, rien n'indique que ces troubles, qui ne figurent pas sur la liste d’effets secondaires du vaccin, sont attribuables à ce dernier», a soulevé le ministère de la Santé du Québec.

Malgré cela, un certain nombre de personnes au Québec qui ont pris leur rendez-vous pour se faire vacciner ont préféré passer leur tour lorsqu’ils ont appris que le vaccin qui leur était offert était celui d’AstraZeneca.

C’est devant la méfiance croissante envers ce vaccin que François Legault a assuré que la Santé publique faisait un suivi «d’heure en heure» sur la question. 

  • Écoutez l’analyse de la Dre Nathalie Grandvaux, professeure de biochimie et de médecine moléculaire à l’Université de Montréal:   

Tandis que plusieurs pays européens suspendent son utilisation, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Agence européenne des médicaments (EMA) se pencheront sur le dossier du controversé vaccin mardi et jeudi, respectivement.

L’OMS continue toutefois de recommander l’utilisation du vaccin. «Nous ne voulons pas que les gens paniquent et, pour le moment, nous recommandons que les pays continuent de vacciner avec AstraZeneca», a déclaré lundi la cheffe scientifique de l’OMS.

De son côté, l'EMA affirme que les avantages du vaccin AstraZeneca l'emportent toujours sur les risques.

L’organisme fédéral américain responsable de la santé, les Centers for Disease Control (CDC), n’a toujours pas donné le feu vert au vaccin d’AstraZeneca, qui a été développé au Royaume-Uni et en Suède. Il en est toujours à la troisième phase d’essai clinique au pays.

Réouverture de l’économie d’ici un mois?

Par ailleurs, le premier ministre du Québec a mentionné que toutes les personnes de 65 ans et plus pourraient être vaccinées au cours du prochain mois, ce qui ouvre la porte à une réouverture de l’économie.

«Ça va complètement changer le portrait. Ça va nous permettre d’ouvrir plus l’économie», a déclaré François Legault.

Il est trop tôt pour savoir exactement à quels assouplissements s’attendre, mais rappelons que les personnes âgées de 70 ans et plus représentent 91,8% des décès liés à la COVID-19 au Québec.

Le Canada devrait avoir reçu un total de 8 millions de doses de vaccins d’ici la fin du mois de mars, selon les prévisions de la ministre de l’Approvisionnement.

En date d’aujourd’hui, près de 750 000 doses ont été administrées dans la Belle Province, et 8,8% de Québécois ont reçu au moins une dose du vaccin, selon l’INSPQ.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres