/news/coronavirus
Navigation

Vaccin québécois contre la COVID-19: Medicago passe à l’étude de phase 3

L’entreprise de Québec a reçu l’aval des autorités canadiennes et américaines pour lancer le recrutement de 30 000 patients

Coup d'oeil sur cet article

Medicago entre dans la dernière ligne droite. La société biopharmaceutique de Québec a annoncé le lancement de la troisième phase d’essai clinique de son vaccin contre la COVID-19, étape pour laquelle elle doit recruter 30 000 candidats d’ici la fin avril.

• À lire aussi: Le régulateur européen reste «fermement convaincu» des bénéfices du vaccin d'AstraZeneca

• À lire aussi: Moderna annonce des essais de son vaccin contre la COVID-19 sur des milliers d'enfants

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

La tâche s’annonce colossale, mais pas impossible: 30 000 personnes dans 10 pays, c’est l’objectif que se fixe la compagnie pour son essai clinique de phase 3. Le défi est toutefois encore plus grand maintenant que plusieurs pays ont lancé leur campagne de vaccination.

«C’est certain que ça complique nos travaux. Dans certains pays, ce sera difficile de recruter des gens âgés ou des personnes à risque. C’est la raison pourquoi on fait une étude globale qui va aussi dans des pays ou l’accès à des vaccins est plus difficile dans les six prochains mois», explique le Dr Brian J. Ward, médecin-conseil chez Medicago. 

  • Écoutez l'analyse de Vincent Dessureault avec Benoît Dutrizac, sur QUB radio:   

Outre le Canada et les États-Unis, qui ont déjà autorisé l’essai clinique, l’entreprise vise certains pays d’Amérique du Sud, notamment le Brésil, ainsi que certains pays d’Europe, comme la Grande-Bretagne.

Voie rapide

Si tout se passe comme prévu, les premiers candidats pourraient recevoir le vaccin de Medicago «d’ici une à deux semaines» en Amérique du Nord. Le recrutement dans les autres pays doit s’étirer jusqu’à la fin avril.

À terme, la pharmaceutique espère avoir ses premiers résultats quelque part en mai.

«On espère être en mesure de soumettre notre dossier aux autorités réglementaires quelque part en juin», souligne le Dr Ward, saluant au passage le travail des autorités réglementaires, les États-Unis ayant notamment octroyé à Medicago la désignation Fast Track, ce qui devrait accélérer le processus.

Si tout va comme prévu, l’entreprise de Québec pourrait recevoir ses premières homologations au cours de l’été, ce qui permettrait de commencer sa distribution dans la population.

«Ça ne devrait pas être avant juillet, mais pas aussi tard que septembre. On cible le mois d’août», précise Brian J. Ward.

Lutte aux variants

En marge de cette troisième phase de tests, Medicago mène aussi des études de faisabilité contre les nouveaux variants de la COVID-19. C’est l’un des grands inconnus entourant les premiers vaccins. Seront-ils efficaces avec les nouvelles souches? Les premiers résultats préliminaires semblent encourageants, selon la direction de Medicago.

«Nous sommes optimistes en raison des forts niveaux d’anticorps provoqués par le vaccin dans les études de phases 1 et 2», explique le Dr Ward, soulignant que le contexte planétaire confronterait la compagnie à différents types de variants dans son essai de phase 3.

«On sera confronté à la nouvelle souche britannique et à celle du Brésil aussi», indique notamment Brian J. Ward.

Éviter les ennuis

Quant aux craintes entourant le vaccin d'AstraZeneca, le Dr Ward admet que la mauvaise presse envers un vaccin alors que la science assure qu’il est sécuritaire peut avoir un effet stressant pour ses équipes.

Évidemment, on souhaite éviter tout événement qui pourrait miner la confiance du public envers le produit – encore plus depuis cette semaine – puisque l’opinion publique peut s’enflammer rapidement.

«On peut toujours avoir des surprises, mais pour le moment, j’ai moins de crainte de voir des événements malheureux avec notre vaccin. Notre plateforme est assez traditionnelle malgré qu’elle est faite à base de plante et nous combinons la protéine avec un adjuvant déjà très connu», indique le chercheur, qui, à 67 ans, a lui-même reçu le vaccin d'AstraZeneca à Montréal cette semaine.

À VOIR AUSSI  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres