/news/coronavirus
Navigation

Passage à la zone jaune: pas tout de suite pour Chaudière-Appalaches

Dre Liliana Romero, directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches
Photo Didier Debusschère Dre Liliana Romero, directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches

Coup d'oeil sur cet article

Même si certaines régions passent au jaune, la Santé publique de Chaudière-Appalaches souhaite que sa population demeure réaliste: «On n’est pas à penser au jaune. Il ne faut pas aller trop vite», insiste la Dre Liliana Romero.

• À lire aussi: COVID-19: Wendake vaccinera à partir du 17 mars

• À lire aussi: COVID-19: la région de Québec franchit le triste plateau des 1000 décès

• À lire aussi: Le Bas-Saint-Laurent veut des explications

La directrice régionale de santé publique de Chaudière-Appalaches a fait cette sortie mercredi pour éviter que certaines personnes ne se fassent d’idées. Oui, la situation est maîtrisée dans la région, mais elle n’est pas aussi sécuritaire que celle de la Gaspésie ou de la Côte-Nord.

«On a vu l’impact de la relâche. Il y a eu une augmentation du nombre de cas. La semaine dernière, le nombre de nouveaux cas hebdomadaires avait doublé globalement dans la région», fait remarquer la Dre Romero.

Encore cette semaine, la région est chaque jour au-dessus de la barre des 10 cas quotidiens alors qu’elle voguait sous cinq au moment du passage à la zone orange.

Impacts du passage à l'orange

Après la relâche, il faudra mesurer les impacts de ce changement de palier d’alerte survenu le 8 mars dernier. Les contrecoups seront évalués au cours de la semaine prochaine.

«On verra à ce moment s’il y a de nouveaux milieux en éclosion», indique la directrice régionale, précisant que la situation demeure sérieuse en raison des variants.

«Actuellement, on a 20% des cas qui sont des variants, c’est inquiétant», estime Liliana Romero, précisant que les enquêtes et l’isolement de ces cas étaient plus restrictifs.

La semaine dernière, Chaudière-Appalaches a débuté la semaine avec 8 cas possibles de variants et l’a terminée avec une trentaine. «On est dans la moyenne des régions, mais on voit que la propagation demeure importante et rapide», ajoute Dre Romero.

Important de collaborer

La Santé publique régionale insiste d’ailleurs sur l’importance de la collaboration de la population. Alors que la région tente d’éviter une hausse importante, les équipes de la Dre Romero disent remarquer un certain relâchement.

«Des fois, ce n’est pas toujours le nombre de cas qui inquiète, c’est la difficulté à tracer ces cas et à convaincre les gens de respecter l’isolement, même si c’est pour toute la famille», soutient la Dre Romero. «C’est important de collaborer avec nous et nos enquêteurs», insiste-t-elle.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres