/news/education
Navigation

Retour à l'école secondaire à Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Après cinq mois d'école à la maison en alternance, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire de Trois-Rivières retourneront à temps plein sur les bancs d'école dès le 22 mars, pour leur plus grand bonheur.

«Ce n'est pas tout le monde qui a la chance d'avoir un environnement tranquille à la maison. Chez nous, ma mère a une garderie, alors je vous confirme que le bruit des enfants, même si ma mère demandait de baisser le ton, n'a pas aidé à ma motivation! On passe des heures avec nos écouteurs, assis à une table et devant notre ordinateur. Puis, en plus avec les règles de confinement, on ne peut pas sortir le soir. J'en pouvais plus», a témoigné un élève de 4e secondaire à l'Institut Secondaire Keranna, Clément Bourassa.

Les jeunes ne le cachent pas, l'école à la maison n'est pas la solution idéale pour tous, encore moins lorsque ça dure depuis cinq mois. La grande majorité d'entre eux ont connu une baisse de motivation et des répercussions sociales, qui se sont traduites par des résultats scolaires plus bas qu'envisagé. Au Québec 23,2 % des élèves de 4e secondaire échouent en mathématique, comparativement à 19 % l'année dernière.

«Chez nous, on était quatre en télétravail, alors je te confirme que parfois, la connexion internet fonctionnait mal! Puis, de mon côté, il y a eu des répercussions sur mes notes. J'ai des moins bons résultats que je pensais et ça m'ajoute du stress pour les prochaines étapes. Je veux être accepté à mes programmes et je veux pouvoir réussir. Il était temps qu'on revienne à l'école à temps plein», a confié Yasmine Biskri, étudiante de 4e secondaire à l'Institut Secondaire Keranna.

Des ajustements à l'interne

Ce retour à temps plein va demander quelques ajustements, mais les directions d'établissements assurent qu'elles seront prêtes à accueillir les milliers d'élèves lundi.

«Oui, on va devoir retravailler les horaires, mais je vous dirai qu'on parle de très petites contraintes comparativement à la motivation de nos élèves», a expliqué le directeur général du Centre de services scolaire de l'Énergie, Denis Lemaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.