/world/europe
Navigation

AstraZeneca: l'Islande attend avant de reprendre la vaccination

AstraZeneca: l'Islande attend avant de reprendre la vaccination
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités sanitaires islandaises ont annoncé lundi attendre avant une éventuelle reprise de la vaccination anti-COVID avec AstraZeneca, pourtant déclaré « sûr et efficace » par le régulateur européen. 

• À lire aussi: AstraZeneca: le vaccin est efficace à 80 % chez les seniors et sans risque de caillots

• À lire aussi: Virus: les déboires du vaccin d'AstraZeneca compliquent la donne

« Tous les pays nordiques, y compris l’Islande, ont (...) décidé de mieux enquêter sur le sujet et de coopérer ensemble avant d’aller plus loin » dans la vaccination avec AstraZeneca, interrompue le 11 mars dernier sur l’île, a expliqué en conférence de presse Alma Möller, directrice générale de la Santé.

« Par la suite, nous tenterons d’évaluer si le risque varie en fonction, par exemple, de l’âge et du sexe, et cela sera alors la base des décisions sur la poursuite de l’utilisation », du vaccin AstraZeneca, a-t-elle poursuivi.

La décision de l’Islande a été prise dans l’attente des résultats d’une évaluation nordique concernant les effets secondaires des vaccins — pas uniquement du suédo-britannique AstraZeneca — contre la COVID-19, a-t-elle expliqué.

Le régulateur européen, l’EMA, avait pourtant jugé jeudi qu’il fallait continuer à vacciner avec le vaccin d’AstraZeneca, qui est « sûr et efficace » et n’est pas lié selon l’agence à un risque plus élevé de caillots sanguins, poussant de nombreux pays à annoncer la reprise de la vaccination.

L’agence européenne basée à Amsterdam avait toutefois indiqué ne pas être en mesure d’« exclure définitivement » un lien entre le vaccin AstraZeneca et des troubles de la coagulation rares.

En dépit du feu vert de l’EMA, Norvège, Suède et Danemark ont choisi dans la foulée de conditionner la reprise des injections à des évaluations plus poussées sur les troubles de la coagulation, rares, mais graves, apparus chez des personnes vaccinées.

La Finlande, qui n’avait jusqu’ici pas suspendu le vaccin AstraZeneca, a également décidé vendredi d’interrompre son utilisation par « précaution » après deux cas suspects de thromboses cérébrales.

L’Islande, où près de 38 000 personnes ont reçu au moins une dose d’un vaccin anti-Covid, a dénombré quatre signalements liés à des caillots sanguins après vaccination: deux pour le vaccin AstraZeneca, un pour le vaccin Pfizer/BioNTech et un pour celui de Moderna, selon les autorités.

Le laboratoire AstraZeneca a défendu lundi son vaccin, affirmant qu’il était efficace à 80 % contre le Covid chez les personnes âgées et n’augmentait pas le risque de caillots, après des essais cliniques menés aux États-Unis.