/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ça ne peut plus continuer comme ça

Coup d'oeil sur cet article

C’est atroce que des femmes meurent dans des contextes de violence conjugale. Depuis le début de l’année au Québec, il y en a déjà eu six. Si la tendance se maintient, cette année, trois fois plus de femmes qu’en 2020 seront victimes de ce type de meurtre.

Ces chiffres sont effrayants. Même si je ne veux pas y croire, ça se passe pour vrai.

Vendredi, une femme a été tuée par son conjoint dans un taxi

Samedi, une autre femme s’est retrouvée entre la vie et la mort après que son conjoint l’eut violemment battue.

Il faut que ces féminicides cessent. 

Quand j’entends dire que d’être violent avec une femme, c’est lâche, ça me met hors de moi. Ce n’est pas lâche. C’est criminel et puni par la loi.

Appliquer les solutions, c’est urgent

Qu’est-ce qu’on peut faire comme société pour qu’il n’y ait plus de féminicides ? Les femmes doivent être protégées de la violence conjugale.

Même si, individuellement, on peut se sentir impuissant et impuissante face à cette alarmante situation, nous ne le sommes pas. Nous avons le pouvoir de ne plus tolérer cela.

Tant que ce ne sera pas réglé, continuons de nous indigner et d’en parler pour démontrer que ce n’est pas normal.

Les solutions existent. Il faut les mettre en application.

Les organismes, les chercheurs et chercheuses qui documentent cette problématique depuis longtemps savent ce qu’il y a à faire.

Par exemple, pour éradiquer ce fléau, il est nécessaire de reconnaître les signes avant-coureurs, comme le harcèlement, qui peuvent mener à des meurtres conjugaux et de prévoir davantage de financement entre autres aux maisons d’hébergement afin de fournir aux femmes violentées toute l’aide dont elles ont besoin.

Le gouvernement doit écouter les spécialistes en la matière et consacrer les moyens qu’il faut pour qu’il n’y ait plus 12 féminicides en moyenne chaque année au Québec, mais bien aucun.


Si vous êtes victime de violence conjugale, contactez SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010 / consultez le https://sosviolenceconjugale.ca/fr