/news/currentevents
Navigation

Karl-Emmanuel Villeneuve: un jury majoritairement masculin décidera de son sort

Coup d'oeil sur cet article

Un jury composé de dix hommes et quatre femmes a été sélectionné pour participer au procès pour meurtre de l’accusé Karl-Emmanuel Villeneuve, qui s’est ouvert lundi au palais de justice de Chicoutimi, à Saguenay.

Des employés d’usine, du milieu de l’enseignement, des retraités, un ébéniste, un cuisinier ou encore une infirmière ont été sélectionnés parmi une trentaine de candidats tirés de la liste électorale et qui ont défilé en cour.

Seulement 12 d’entre eux participeront toutefois aux délibérations à la fin du procès, après une sélection faite au hasard. Deux jurés seront donc substituts en raison de la propagation de la COVID-19 dans la région, a précisé le juge responsable du procès, François Huot.

Des candidats jurés n’ont pas été retenus pour des raisons d’emplois ou encore de santé, alors que l’un d’eux a été éliminé puisqu’il a fait du pénitencier.

D’autres ont été mis de côté, car ils ont été jugés incapables de faire preuve d’impartialité dans cette affaire, certains ayant vu l’accusé faire des doigts d’honneur à la télévision lors de ses passages précédents en justice.

Le juge François Huot a résumé les faits aux candidats jurés en expliquant que la victime de 22 ans, Alexandre Larouche, avait été retrouvée morte, face contre le sol, dans le salon de la maison familiale de Chicoutimi-Nord, le 1er août 2018, atteinte de deux balles, une au thorax et l’autre derrière la boite crânienne.

En ouverture du procès, Karl-Emmanuel Villeneuve a plaidé non coupable à une accusation de meurtre au premier degré qui serait présumément survenu le 29 juillet 2018.

M. Villeneuve se serait par ailleurs confié à un homme dans les jours suivants le meurtre, ce qui a mené à des perquisitions et à son arrestation, car, selon le ministère public, seul quelqu’un sur les lieux du crime pouvait connaître ces informations.

Les premiers témoins ne seront entendus que le 29 mars prochain, afin de permettre aux avocats et au juge de discuter de points de droit.

Le procès devrait durer près de six semaines, avec le témoignage de 23 personnes annoncé par le ministère public et la preuve de la Défense.

Une ordonnance de non-publication interdit de dévoiler la liste des témoins nommés lundi à la Cour.