/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le Saguenay–Lac-Saint-Jean pourrait retomber en zone rouge

Pendant ce temps, la Capitale-Nationale fait tout pour éviter ce genre de revirement

Coup d'oeil sur cet article

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean pourrait repasser au rouge si sa situation ne s’améliore pas sous peu, après une flambée rapide des cas. À l’autre bout de la 175, la Capitale-Nationale cherche quant à elle à éviter à tout prix ce genre de renversement de situation.

• À lire aussi: COVID-19: 712 nouveaux cas et 15 décès de plus au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

En entrevue à LCN, le directeur régional de santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean a été clair. La situation doit se régulariser rapidement sinon un retour au palier d’alerte maximal n’est pas exclu.

«Si on voit que ça ne fonctionne pas, malheureusement, il faudra passer à d’autre chose. On ne peut pas exclure [un retour en zone rouge.] On ne le fait pas par plaisir, mais lorsque c’est nécessaire, on va le faire», avertit le Dr Donald Aubin, ajoutant qu’il serait moins patient qu’à l’automne.

«On se donne encore quelques jours, mais on ne tolérera pas ça longtemps.»

Taux semblable à Montréal

La région a ajouté hier 34 nouveaux cas à son bilan. 266 nouvelles infections ont été détectées au cours de la semaine dernière, soit un taux de 13,6 cas par 100 000 personnes.

Selon les calculs du Journal, ce taux est pratiquement identique à celui de 13,8 cas par 100 000 observés la semaine dernière à Montréal, épicentre actuel de la crise.

Les principaux foyers d’éclosions se trouvent dans le haut du Lac-Saint-Jean et dans le secteur de La Baie. Des entreprises et des garderies sont touchées. Le Dr Aubin précise toutefois que de la transmission communautaire se produit.

La santé publique indique que la hausse récente s’amplifie par le travail d’enquête épidémiologique «sévère» fait par les équipes du CIUSSS régional.

«On a fait beaucoup de dépistage. On a sorti beaucoup de cas samedi et dimanche. On espère que ça va parvenir à baisser la situation», précise le Dr Aubin.

Éviter ce genre de scénario

200 kilomètres au sud, la santé publique de la Capitale-Nationale suit la situation saguenéenne de près. On veut à tout prix éviter de se mettre le bras dans le même engrenage.

«On voit ce qui se passe au Saguenay-Lac-Saint-Jean et on sait qu’on n’est pas à l’abri de ça», prévient le directeur régional, Dr André Dontigny. «On voit bien qu’on est devant une situation où à chaque moment, on peut observer une recrudescence rapide si on relâche les mesures».

La région de Québec inquiète particulièrement par la proportion des cas liés à des variants. Ce sont près de 30% des cas confirmés qui sont d’une nouvelle souche de la maladie.

«Sachant que les variants ont 40% à 80% de transmissibilité de plus et de 60% de décès de plus selon des études, ça demeure critique et on est dans une espèce de course contre la montre», soutient le Dr Dontigny, rappelant que la suite dépend de l’engagement de la population.

«Est-ce que c’est le prélude d’une troisième vague? Il n’en tient qu’à nous».

35 cas à Québec

35 nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés hier dans la Capitale-Nationale, une donnée qui demeure stable en comparaison avec la moyenne de la dernière semaine. «C’est relativement sous contrôle, mais encore fragile», décrit André Dontigny.

La hausse des nouveaux cas observée a aussi un impact sur les hospitalisations dans les centres désignés de la région. 41 patients occupent en ce moment des lits à Québec, alors que la moyenne des 28 derniers jours s’élevait à 33 hospitalisations. 6 patients demeurent toujours hospitalisés aux soins intensifs.

La région a aussi enregistré 7 décès au cours du weekend.

Sur la Rive-Sud, la région de Chaudière-Appalaches enregistrait un bilan plus encourageant hier. Après une moyenne de nouveaux cas quotidiens s’élevant à 16,6 cas la semaine dernière, la région débute la nouvelle semaine avec seulement 6 nouvelles infections au compteur et aucun décès.


Les pharmacies de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches pourront vacciner contre la COVID-19 d’ici la mi-avril selon le ministère de la Santé. La prise de rendez-vous devrait débuter le 5 avril prochain dans la région sur la plateforme ClicSanté.

À VOIR AUSSI          

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres