/investigations
Navigation

Canard boiteux à la CAQ : une transaction avec l’employeur de sa belle-fille

GEN - LES CONFLITS D'INTÉRÊTS
Photo le Journal de Montréal et d'archives La belle-fille du député Louis-Charles Thouin travaillait au Complexe Atlantide lorsque ce dernier, à titre de maire, a voté sur une transaction impliquant cette compagnie en 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Louis-Charles Thouin a donné son feu vert à une transaction impliquant la compagnie où sa belle-fille était cadre, alors qu’il était maire de Saint-Calixte. 

Notre dossier complet:

En effectuant des recherches dans les procès-verbaux des conseils municipaux de Saint-Calixte, nous avons découvert que l’ancien maire avait voté en faveur de la vente d’un terrain de la municipalité au Complexe Atlantide, en avril 2017, pour un montant de 2650$ plus taxes. Il avait même été mandaté par la municipalité pour signer le contrat.

Or, la belle-fille de M. Thouin, Roxane Simpson, était alors directrice des opérations, des ressources humaines et de l’expérience client au Complexe Atlantide. Ce lien n’a pas été mentionné et M. Thouin ne s’est pas retiré lors du processus décisionnel, tel que le démontre ci-bas l’extrait du procès-verbal du conseil municipal du 24 avril 2017 : 

GEN - LES CONFLITS D'INTÉRÊTS
Courtoisie Saint-Calixte

Le code d’éthique des élus de la municipalité de Saint-Calixte stipule pourtant que «toute personne doit éviter de se placer, sciemment, dans une situation où elle est susceptible de devoir faire un choix entre, d’une part, son intérêt personnel ou celui de ses proches et, d’autre part, celui de la municipalité».

Deux subventions

À titre de préfet à la Table des préfets de Lanaudière, il avait aussi voté à l’automne 2017 une aide financière pour huit projets régionaux, dont 70 000 $ à Atlantide, toujours sans mentionner que sa belle-fille y travaillait.

Encore récemment, en septembre dernier, M. Thouin a annoncé au nom de la ministre du Tourisme une aide financière de 2 M$ pour la construction du complexe hôtelier de la Cité perdue, une entreprise reliée au Complexe Atlantide.

Selon le copropriétaire de l’entreprise, Tommy Gagnon, Mme Simpson avait quitté son poste quelques jours avant cette annonce, mais elle percevait toujours un salaire du Complexe Atlantide. La veille, elle avait aussi démissionné de ses fonctions de conseillère municipale de Saint-Calixte.

Un «gars pragmatique»

Jointe au téléphone, Mme Simpson s’est refusée à tout commentaire.

De son côté, le député Thouin a admis n’avoir prévenu personne au ministère de son lien familial avec cette entreprise et des potentielles apparences de conflit d’intérêts que cela pouvait causer. ll plaide ne pas l’avoir jugé nécessaire, puisque sa fille était seulement cadre et non propriétaire de Complexe Atlantide.

«Je ne sais pas ce qui peut être un conflit d’intérêts là-dedans», dit-il.

«Ce n’est pas vrai que dans la vie, je vais prendre des décisions pour des perceptions. Je suis un gars pragmatique. J’aime ça faire avancer les dossiers. Si à chaque fois que je veux faire avancer quelque chose, il faut que je me demande à gauche, à droite, en arrière, est-ce que quelqu’un pourrait penser? [...] Ça n’a pas de bon sens.» 

En 2017, le commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale avait invité un ministre libéral, Jean D’Amour, à être prudent lorsqu’il faisait des annonces publiques. 

Jacques Saint-Laurent avait suggéré à M. D’Amour de se dissocier d’annonces publiques de financement à une municipalité de sa région dont la mairesse était également sa conseillère politique. Le commissaire estimait alors qu’une telle distance pourrait démontrer «qu’aucune influence n’a été exercée» dans les dossiers de la mairesse. 

Dans l’opposition à cette époque, François Legault avait alors soutenu que M. D’Amour était «dans un conflit d’intérêts flagrant».


Notre dossier complet: