/finance
Navigation

Le recrutement international à la hausse à Sept-Îles

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre d’entreprises qui font appel à de la main-d’œuvre étrangère carrément explosé à Sept-Îles au cours de la dernière année.

Cette tendance, qui a commencé avec l’embauche de Philippins dans des commerces de restauration rapide il y a huit ans, se confirme de plus en plus, alors que 19 entreprises septiliennes ont amorcé des démarches ou ont embauché des travailleurs étrangers dans la dernière année.

C'est le cas de Remorquage FG, dont le propriétaire, Frédéric Gagnon, a accueilli le Colombien Jonathan Franco, mardi, à l'aéroport de Sept-Îles après un an et demi de démarches. Ce mécanicien va travailler trois ans pour son entreprise.

«On ne les paie pas moins cher. Ils reçoivent le même taux, mais ils sont là. [...] On est sûrs que pendant 3 ans, il ne s’en ira pas dans une grande industrie», a indiqué Frédéric Gagnon.

David Chapados, de HPC Hydraulique, s’est aussi tourné vers le recrutement à l’extérieur du pays. Il ne compte plus les démarches qu’il a entreprises pour combler ses postes de machinistes.

«On a affiché au Canada au complet pendant plus de six mois sans avoir aucun CV. On s’est tournés vers la Tunisie. Les demandes d’immigration sont faites. Au mois de septembre, nous allons avoir six Tunisiens qui vont se joindre à notre équipe, pour ensuite, j’espère, en faire venir d’autres plus tard pour combler le besoin en main-d’œuvre», a affirmé David Chapados.

Par nécessité, l’intérêt des entreprises nord-côtières pour la main-d’œuvre étrangère a carrément explosé. Jusqu’à tout récemment, seulement une dizaine de travailleurs provenant de l’extérieur du Canada arrivaient annuellement à Sept-Îles.

«Dans les derniers mois, on a vu arriver entre 60 et 80 travailleurs temporaires. On en attend à peu près le même nombre pour les deux ou trois prochains mois. C’est quelque chose de jamais vu dans la région. C’est une arrivée massive», a commenté Hélène Lejeune, de l'organisme Alpha Lira.

Les employeurs paient aux agences entre 7000$ et 15 000$ pour chaque employé étranger recruté.