/news/provincial
Navigation

Budget Girard: Labeaume et Lehouillier repartent bredouilles

Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier
PHOTO D'ARCHIVES, DIDIER DEBUSSCHÈRE Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Coup d'oeil sur cet article

Les maires de Québec et Lévis sont repartis bredouilles de la présentation du budget du Québec, aucune de leurs demandes n’ayant trouvé d'échos dans l’exercice mené en pleine pandémie.

• À lire aussi: Budget Girard: les choix difficiles attendront après les élections

• À lire aussi: Finances du Québec: 10 choses à retenir du budget Girard

Régis Labeaume avait formulé des vœux pour six projets qui lui tiennent à cœur pour la capitale. Il éplucha les documents budgétaires en vain, puisque ni les 50 M$ pour la zone d’innovation du littoral ni les 50 M$ pour un pont d’étagement à l’intersection de l’autoroute Robert-Bourassa et du boulevard Lebourgneuf ne s’y trouvent. 

Les fonds pour la future desserte des banlieues en transport collectif ne figurent pas non plus dans le budget. La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a cependant indiqué que le projet est en planification: «On pourra l’inscrire au Programme québécois d’infrastructures quand il sera en réalisation».  

Appelé à réagir, le maire a dit comprendre que le gouvernement concentre ses efforts sur la gestion de la crise. «Ce qui est important pour nous, c'est que notre projet de transport structurant y soit.» 

Le troisième lien ne bouge pas

Gilles Lehouillier n’a pas trouvé réponse à ses deux principales demandes dans l’exercice. Les mesures prioritaires sur le boulevard Guillaume-Couture, à Lévis, y figurent, mais aucune somme n’y est attachée. Quant au troisième lien, dont on ne connaît pas encore les détails techniques et financiers, malgré les promesses répétées de la CAQ, il stagne à l’étape de la planification.  

Jeudi soir, M. Lehouillier n’a pas semblé déçu de constater que le troisième lien figure encore au stade de planification budgétaire. Il a dit compter sur deux rencontres successives qu’il aura mercredi prochain, le 31 mars, avec le ministre des Transports, puis avec le premier ministre Legault pour connaître enfin les détails du mégaprojet de tunnel Québec-Lévis.  

Admettant être resté sur sa faim quant aux enjeux de logements sociaux et d’infrastructures sportives, M. Lehouillier s’est quand même dit conscient que le budget d’hier a été déposé dans le contexte très particulier de la COVID-19. 

Régis Labeaume avait aussi demandé 500 logements sociaux supplémentaires par an, des sommes pour la décontamination des terrains urbains, la bonification du Programme d’aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) et des subventions pour le démarrage rapide de projets municipaux.  

Toutes ces demandes sont restées lettre morte. Le gouvernement prévoit, pour tout le Québec, «des ressources [...] pour accélérer la réalisation de 5000 logements sociaux non livrés et pour réaliser 500 nouveaux logements». «C'est notre déception», a commenté M. Labeaume. Le PAUPME est quant à lui maintenu, mais non bonifié. La Ville a eu la confirmation qu'elle en retirera 8 M$ pour l'aide aux commerçants, en plus de 5 M$ pour la revitalisation du centre-ville, a révélé Régis Labeaume.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

20 M$ pour le tennis

Le seul projet nouveau qui apparaît dans les prévisions budgétaires pour la région de Québec concerne un centre de tennis «de calibre national» à l’Université Laval. Le gouvernement y injecte 20 M$, un investissement salué par le maire. Le futur centre sera bâti en annexe du pavillon de l’éducation physique et des sports, et comprendra 16 terrains intérieurs et extérieurs. 

Une série d’investissements déjà connus figure dans le budget du gouvernement Legault pour 2021-2022. Par exemple, 22,6 M$ pour l’élargissement de l’autoroute Henri-IV, 14,1 M$ pour la reconstruction du viaduc des Quatre-Bourgeois, 2,7 M$ pour le maintien du vieux pont de l’Île-d’Orléans, 11,2 pour la réfection du pont Pierre-Laporte et 1 M$ pour l’entretien du pont de Québec. 

Peu de détails

Pour d’autres projets connus, en planification ou à l’étude, aucun montant n’est indiqué. C’est le cas du nouveau pont de l’Île-d’Orléans, des modifications routières à la tête des ponts, incluant les infrastructures pour assurer l’interconnexion avec les bus de Lévis, de la reconstruction du tablier du pont de Québec, de la «bonification» de l’autoroute Laurentienne entre Lebourgneuf et la rue de la Croix-Rouge, et des centres opérationnel, d’exploitation et métrobus du RTC.  

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla