/news/currentevents
Navigation

«T’aurais pu me tuer», dit-elle à son conjoint avant de mourir

L’homme subit actuellement son procès pour meurtre prémédité à Joliette

GEN - BENOIT CARDINAL ACCUSÉ
Photo Martin Alarie et d'archives Benoît Cardinal, ici lors de sa première comparution en janvier 2020, et en mortaise, est jugé par neuf femmes et cinq hommes au palais de justice de Joliette.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | « T’aurais pu me tuer », a lancé dans les instants précédant sa mort une femme de Mascouche à son conjoint, aujourd’hui accusé de meurtre prémédité.

• À lire aussi: Ouverture d’un procès pour le meurtre d’une mère de 6 enfants

Cette phrase lourde de sens, c’est un enfant d’âge primaire qui l’a entendue dans la nuit du 16 janvier 2020.

Il l’a répétée à un policier de la Sûreté du Québec (SQ) lors d’une entrevue vidéo réalisée dans les heures suivantes.

Le jury chargé du sort de Benoît Cardinal a pu visionner l’enregistrement vendredi, au palais de justice de Joliette.

L’homme de 34 ans subit son procès pour le meurtre prémédité de sa conjointe Jaël Cantin.

« J’ai entendu une chicane. [Benoît] a glissé dans les marches. [Jaël] a presque déboulé. [Elle] disait plein de choses, comme “t’aurais pu me tuer” », a relaté l’enfant, en flattant Kevlar, le chien d’assistance de la SQ.

Le jeune, dont on ne peut dévoiler l’identité sur ordre du tribunal, se trouvait dans le bâtiment multifonctions du chemin des Anglais lors du meurtre de la femme de 33 ans.

Il aurait par la suite entendu des cris de détresse provenant d’une chambre. « À l’aide », aurait hurlé Mme Cantin.

« Elle criait juste... au meurtre », a renchéri une bambine, qui a aussi eu connaissance de la scène.

Apeurés et frissonnants, les enfants se sont enfermés dans une pièce pendant environ une heure. Ensuite, ceux-ci ont entendu des « bruits de gros coups de poing ». « Paf ! Paf ! » a décrit le bambin.

« On entendait tout le temps des boum ! Personne criait, sauf au début », a ajouté la deuxième enfant à témoigner devant la juge Johanne St-Gelais vendredi.

« Presque mort »

En s’aventurant finalement dans un couloir, ils auraient alors aperçu l’accusé au sol, à plat ventre. 

« Il saignait plein avec sa face. Je pensais qu’il était presque mort », a raconté l’un d’eux dans ses mots d’enfant.

Les jeunes ont quitté les lieux en panique, sans savoir qu’une mère de six enfants venait d’y pousser son dernier souffle.

Selon la Couronne, Jaël Cantin a succombé à un traumatisme contondant à la tête.

D’après ce qui a été dit dans l’exposé d’ouverture jeudi, les premiers répondants pensaient que deux personnes avaient été victimes d’une violation de domicile.

« Mais les éléments de l’enquête policière convergent vers le fait que Benoît Cardinal n’est pas une victime, mais plutôt le responsable de la mort de Jaël Cantin », a déclaré Me Caroline Buist.

Si vous êtes victime de violence conjugale, contactez SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010 / consultez le https://sosviolenceconjugale.ca/fr