/news/coronavirus
Navigation

L’entrée en vigueur d’allègements inquiète

Le moment est mal choisi à l’aube d’une 3e vague, croient des experts

Coup d'oeil sur cet article

Le passage en zone jaune de certaines régions du Québec à l’aube d’une troisième vague de COVID-19 portée par les variants, et juste avant le week-end de Pâques, laisse des experts incrédules. 

• À lire aussi: COVID-19: le Québec compte 1009 nouveaux cas et 8 décès

• À lire aussi: EN DIRECT | Tous les développements de la pandémie

Depuis vendredi, la Côte-Nord, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et le Nord-du-Québec sont passés au palier de préalerte. 

Exit le couvre-feu et bonjour les rassemblements de deux bulles familiales sous un même toit, au restaurant ou même dans les bars, qui sont maintenant ouverts.

« On attend une troisième vague imminente et le gouvernement Legault a commencé à déconfiner encore plus certaines régions. Ces mesures-là ne coïncident pas du tout avec ce que [recommande] l’INSPQ pour se prémunir d’une troisième vague forte », déplore Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. 

« Ça paraît un peu incohérent », poursuit-elle.

Personne à l’abri 

La province a recensé samedi 1009 nouveaux cas de COVID-19, repassant au-dessus du millier de cas quotidiens pour la première fois depuis le 13 février. 

Si la Côte-Nord et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine n’ont observé qu’une seule nouvelle infection dans la dernière semaine sur leurs deux territoires, il ne s’agit toutefois pas d’un gage de sécurité. 

Le Bas-Saint-Laurent connaît une recrudescence importante des cas de COVID-19. Les écoles de la ville de La Pocatière, notamment, sont fermées jusqu’au 2 avril.
Photo d'archives
Le Bas-Saint-Laurent connaît une recrudescence importante des cas de COVID-19. Les écoles de la ville de La Pocatière, notamment, sont fermées jusqu’au 2 avril.

La microbiologiste-infectiologue à l’Université de Montréal Cécile Tremblay rappelle que le virus ne connaît pas de frontière. Et la recrudescence importante de cas au Saguenay–Lac-Saint-Jean et au Bas-Saint-Laurent, les deux régions limitrophes de la Côte-Nord et de la Gaspésie, n’a rien pour la rassurer. 

« Avec les congés de Pâques, il va y avoir des déplacements. Il n’y a pas de région qui soit à l’abri de ça. Je comprends qu’ils n’ont pas beaucoup de cas présentement, mais il faut penser plus à moyen terme ce qui pourrait arriver », affirme-t-elle. 

Pas le choix 

Même le Collège des médecins du Québec (CMQ) a demandé au gouvernement du Québec de « reconsidérer l’allègement des mesures sanitaires », de façon plus générale, en raison des « signaux d’alarme », sur Twitter. 

Pour la Dre Borgès Da Silva, M. Legault n’aura pas le choix d’augmenter les restrictions très bientôt et de revenir sur sa décision concernant les régions en zone jaune.

« Je ne vois pas d’autres solutions que de revenir en arrière, au vu de ce qui se passe dans d’autres pays et ce que prévoit l’INSPQ. Sinon, on envoie du monde à l’abattoir. » 

- Avec la collaboration de l’Agence QMI 

Le bilan régional 

Capitale-Nationale

  • Cas: 23 589 (+96)
  • Morts: 1013 (+1)
  • Hospitalisations: 34 (+2)

Chaudière-Appalaches

  • Cas: 12 155 (+41)
  • Morts: 288 (-)
  • Hospitalisations 7 (-)

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres