/news/green
Navigation

Le ministre Pierre Dufour étonné par la demande du Conseil de l'industrie forestière du Québec

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour
Photo d'archives Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, dit avoir appris «avec étonnement» la position du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) qui demande au gouvernement du Québec d'augmenter la possibilité forestière. 

Mardi, le CIFQ a déclaré à Radio-Canada vouloir que Québec augmente la possibilité forestière, soit le volume de bois que peut récolter l'industrie en une année sur un territoire donné.

Selon le Conseil, il s’agirait de la meilleure réponse à avoir pour rééquilibrer l’offre et la demande, dans un contexte de pénurie de matériaux et d’explosion des prix du bois.

«Lors de nos échanges, le CIFQ a toujours reconnu que le déséquilibre de l'offre n'est pas lié à l'approvisionnement, a déclaré le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs dans un communiqué samedi. L'industrie n'a d'ailleurs jamais formulé de demandes de volumes additionnels en lien avec la situation qui a cours actuellement.»

Le ministre a toutefois indiqué qu’il restait ouvert à une telle demande «puisqu'il y a une marge de manœuvre à l'intérieur de la possibilité forestière» qui respecte les principes fondamentaux de l'aménagement durable des forêts comme le prescrit la loi.

Il a également rappelé que la possibilité forestière en forêt publique sous aménagement «est déterminée par le Forestier en chef tous les cinq ans. Celle-ci correspond au volume maximum des récoltes annuelles que l'on peut prélever sans mettre en péril le renouvellement et l'évolution de la forêt».

Dans son communiqué, M. Dufour précise que des volumes importants sont disponibles en forêt privée, ce qui pourrait représenter une solution pour répondre à l’augmentation de la demande.

Rappelons que depuis un an, les prix du bois d’œuvre ont connu des hausses stratosphériques. Les panneaux de bois à copeaux orientés – communément appelés OSB – ont vu par exemple leur valeur bondir de 300% en 12 mois, selon un récent rapport sur les coûts des matériaux de construction au pays.