/misc
Navigation

Derek Chauvin peut-il être acquitté?

Derek Chauvin
Photo d'archives, AFP Derek Chauvin

Coup d'oeil sur cet article

Il est probable qu’à la seule évocation des noms de George Floyd et Derek Chauvin, les images surgissent instantanément dans votre mémoire. Le policier Chauvin, le regard implacable, agenouillé sur le cou de George Floyd pendant 8 minutes et 46 secondes. Floyd, menotté et étendu sur le sol, répète qu’il n’est pas en mesure de respirer.

Rarement a-t-on aussi souvent diffusé une telle scène, non seulement aux États-Unis, mais partout dans le monde. La brutalité policière et les relations complexes avec la communauté noire sont documentées, les épisodes controversés et les morts se multipliant.  

Pour une rare fois, les activistes semblent convaincus qu’ils soutiennent une cause où la culpabilité d’un officier est évidente, et la vidéo incriminerait Chauvin hors de tout doute. Après tout, le policier et ses collègues présents sur la scène ont été congédiés. La Ville de Minneapolis et la famille de George Floyd sont parvenues à une entente, et la Ville versera 27 millions en dommages et intérêts.

Ajoutons aux images accablantes et à l’entente entre la Ville et la famille le fait que le rapport d’autopsie conclut à un homicide, attribuable aux manœuvres policières pour contraindre Floyd. Si la justice était affaire de sondages ou de perceptions, Chauvin et ses collègues seraient déjà condamnés. 

Pourtant, le sort du policier déchu, maintenant perçu comme l’incarnation du racisme, n’est pas scellé. Vous avez d’ailleurs probablement déjà remarqué que la question raciale n’est pas mentionnée dans les chefs d’accusation. Son avocat fera tout pour s’en distancier, et il se concentrera sur la légitimité des mesures utilisées lors de l’arrestation.

Peu importe l’indignation ressentie au moment des événements, peu importe les manifestations et la sensibilisation au racisme systémique, les mécanismes de la justice n’ont pas changé depuis la mort de Floyd, et des surprises sont toujours possibles.

Déjà, ceux qui se portent à la défense de Chauvin font ressortir eux aussi les détails de l’autopsie, pointant en direction des problèmes cardiaques de Floyd et de sa consommation de fentanyl. Sans qu’on en retrouve au moment de l’autopsie, Floyd aurait également fait usage de méthamphétamine dans un passé récent.

Je serais le premier étonné si Derek Chauvin n’était pas reconnu coupable. Mais le sera-t-il du chef d’accusation le plus grave? On doit prouver qu’il a abusé des procédures et que les problèmes de santé ou de consommation de Floyd ne sont pas les principaux facteurs ayant provoqué sa mort.

C’est au jury constitué de 12 personnes qu’incombe la tâche de faire la part des choses. Ce jury, très diversifié dans sa composition, sera bombardé d’informations légales et médicales. On ne manquera pas de jouer sur les émotions de ces 12 personnes, et il est déjà prévu que des membres de la famille ou des proches puissent témoigner.

Si les procureurs veulent frapper fort dès le départ, mêlant science et émotion, il y a une part d’inconnu à ne pas négliger. Que dira Chauvin pour sa défense, lui qu’on a fort peu entendu dans les huit derniers mois? On introduira assurément des éléments de contexte, dont on a peu ou pas fait mention jusqu’à maintenant.

Si les confrontations entre les services de police et des membres de la communauté noire défrayent la chronique régulièrement — trop souvent — et que nous savons à quel point cette situation est complexe et qu’elle dépasse largement le seul cadre du travail policier, le procès qui débute aujourd’hui est d’une importance capitale.

J’ai commencé en enseignement peu après l’arrestation violente de Rodney King en 1991. J’ai encore en mémoire les images de son arrestation. À ce moment aussi on croyait que la vidéo suffirait à prouver l’acharnement des policiers. 

Vous connaissez la suite. Après un premier procès qui se terminait par l’acquittement des quatre policiers impliqués, les émeutes embrasaient Los Angeles pendant six jours. Bien des villes américaines seront également touchées par des soulèvements populaires. 

Vingt-neuf ans plus tard, nous nous retrouvons face à une situation similaire. Comment se déroulera ce procès? Que décideront les membres du jury? Si vous croyez que les manifestations raciales avaient atteint leur paroxysme dans les quatre ou cinq dernières années, détrompez-vous. Un acquittement ou un sentiment d’injustice pourraient bien entraîner des répercussions historiques.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.