/news/currentevents
Navigation

Récit crève-cœur d’une enfant au procès de Benoit Cardinal

GEN - BENOIT CARDINAL ACCUSÉ
Photo d'archives, Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | Une enfant a livré un récit crève-cœur lundi, au troisième jour du procès pour meurtre, relatant comment elle a vu une femme se faire « massacrer » en pleine nuit.

• À lire aussi: «T’aurais pu me tuer», dit-elle à son conjoint avant de mourir

• À lire aussi: Ouverture d’un procès pour le meurtre d’une mère de 6 enfants

« [Elle] avait peur, elle était en petit bonhomme et elle se faisait massacrer », a décrit la fillette d’âge primaire. 

Celle que l’on ne peut identifier sur ordre du tribunal a témoigné devant la juge Johanne St-Gelais, au procès de Benoit Cardinal. 

Il est inculpé du meurtre prémédité de sa conjointe, Jaël Cantin, survenu le 16 janvier 2020, à Mascouche. 

Cette nuit-là, la bambine se trouvait dans le bâtiment multifonctions du chemin des Anglais, où la femme de 33 ans est décédée. 

Elle a d’abord entendu une chicane entre l’accusé et la victime au sujet d’une bousculade dans les escaliers.

« [Benoit] a glissé dans les marches, il a trébuché sur [Jaël]. Elle pensait qu’il l’avait poussée », a détaillé la jeune fille.

Une description qui rappelle étrangement le deuxième scénario meurtrier que Cardinal aurait décrit à une adolescente la veille du crime. 

Puis, une dizaine de minutes plus tard, l’enfant a été alertée par un cri « à l’aide ». Elle s’est précipitée vers la pièce d’où provenaient les cris.

« J’ai ouvert la porte, j’ai vu [Jaël] en train de se faire étrangler. Il la torturait », a raconté la fillette à un enquêteur de la Sûreté du Québec après le drame qui a coûté la vie à une mère de six enfants. 

« Très méchant »

D’après la bambine, trois personnes se trouvaient dans la pièce : la victime, l’accusé et un autre homme qu’elle a qualifié comme ayant l’air « très méchant ». Physiquement, la petite a décrit l’assaillant comme suit : dans la trentaine, cheveux longs foncés avec une « couette », vêtu de gris. 

Une description qui pourrait correspondre à Benoit Cardinal, que le jury a sous les yeux dans le box des accusés.

Interrogée par Me Caroline Buist, de la Couronne, la fillette a ajouté hier qu’elle avait peut-être « halluciné » la troisième personne qu’elle croyait avoir vue. 

« Je suis certaine d’avoir vu deux personnes. [Jaël et Benoit] », a-t-elle résumé.

Un des avocats de l’accusé lui a par la suite demandé, en contre-interrogatoire, si un adulte pouvait lui avoir soumis la thèse des hallucinations. 

« Non, c’est juste moi [qui pense ça] », a-t-elle conclu.