/opinion/columnists
Navigation

Ce virus est en train de faire dérailler l’État

Coup d'oeil sur cet article

S’il y a quelque chose qu’on a appris lors de cette pandémie, c’est à quel point la machine étatique est complètement désorganisée.

La main droite ne sait pas ce que fait la main gauche, et la tête est déconnectée des pieds.

C’est le bordel avec un grand B.

Comme je l’écrivais l’autre jour, la Régie de l’assurance maladie du Québec ne sait pas quel pourcentage de patients étrangers qui se sont fait soigner au Québec pour la COVID ont acquitté leur facture

Et l’État canadien ne sait pas combien de voyageurs qui sont revenus au pays l’été dernier ont respecté leur quarantaine. 

Aucune idée!

Autre exemple de désorganisation : Ottawa ne sait pas combien de Canadiens résidant à l’étranger ont reçu de la PCU!

Est-ce mille? Dix mille? Cent mille?

On l’ignore !

Justin signe des chèques du matin au soir et du soir au matin, mais on ne sait pas vraiment où va l’argent...

Et l’on ne sait pas comment on va faire pour, une fois la pandémie résorbée, récupérer les sommes qui sont allées dans les poches des fraudeurs! 

  • Écoutez l'entrevue de Jacques Lapierre, virologue à la retraite, au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

Un vrai bordel

Actuellement, si vous vous rendez compte que quelqu’un a volé votre identité pour demander de la PCU, vous devez fournir la preuve que vous avez été victime de fraude!

Et vous devez passer des centaines d’heures au téléphone pour expliquer votre cas à un fonctionnaire de Revenu Canada!

Le bordel, je vous dis.

Le foutoir, le chaos. 

Et des gens croient qu’on devrait organiser des élections par internet?

On n’est même pas capable de payer correctement nos fonctionnaires fédéraux! 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Ça fait des années que le système de paie Phénix fait des freegames, et l’on n’est pas capable de le réparer !

Chaque fois qu’un ministère crée un système informatique censé « révolutionner tel ou tel réseau » et « faciliter le partage d’informations », c’est un échec !

Ça coûte dix fois le prix et ça ne fonctionne pas !

T’allumes l’ordi et la douche part !

C’est rendu que je me cache dans mon sous-sol chaque fois que des fonctionnaires annoncent le lancement d’un projet informatique révolutionnaire !

J’ai peur qu’ils lancent accidentellement des missiles sur la Corée du Nord !

Et vous voulez qu’on vote par internet ?

On va se retrouver avec un gouvernement marxiste-léniniste majoritaire !

La maudite machine

Ce n’est pas seulement notre système immunitaire que ce virus bousille.

C’est la machine étatique au grand complet. 

« Les employés des CHSLD passent-ils d’un centre à un autre ?

— Non, répondait la ministre McCann.

— Oui, disaient les travailleurs sur le terrain. Ils l’ont encore fait ce matin ! »

Le système est tellement gros que ça prend des jours, pour ne pas dire des semaines, pour qu’une info se rende aux personnes responsables !

On échange encore des informations par fax !

Remarquez, c’est peut-être mieux comme ça.

 Ça irait peut-être même plus vite avec des pigeons voyageurs ou des signaux de fumée. 

« La crise sanitaire a fait exploser la taille de l’État dans des proportions improbables », a dit l’écrivain Mario Vargas Llosa. 

Espérons qu’il se mettra au régime une fois la crise passée.

 Au lieu d’en profiter pour s’étendre davantage...

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau sur QUB radio: