/news/currentevents
Navigation

Un présumé tueur se serait confié à une ado de 16 ans

Il lui aurait parlé de trois plans meurtriers visant sa conjointe, la veille du crime

meurtre mascouche
Photo Jonathan Tremblay Jaël Cantin a succombé à un traumatisme contondant à la tête, dans la nuit du 16 janvier 2020, dans sa résidence du chemin des Anglais, à Mascouche, dans Lanaudière. Son conjoint, Benoit Cardinal, subit actuellement son procès pour meurtre prémédité.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | Un éducateur accusé d’avoir assassiné sa conjointe des 15 dernières années aurait confié ses intentions meurtrières à une adolescente la veille du crime, en lui détaillant trois plans qu’il aurait élaborés pour passer à l’acte.

• À lire aussi: Récit crève-cœur d’une enfant au procès de Benoit Cardinal

• À lire aussi: «T’aurais pu me tuer», dit-elle à son conjoint avant de mourir

«Je vais la tuer, câlice, chu tanné. Je vais la faire souffrir, elle m’a tellement fait souffrir dans le passé, je vais la faire souffrir moi aussi», aurait laissé tomber Benoit Cardinal, le matin du 15 janvier 2020.

L’homme de 34 ans parlait ainsi de sa conjointe Jaël Cantin, si l’on en croit les propos de Laurie (nom fictif), une adolescente de 16 ans.

Celle-ci aurait recueilli les confidences de l’éducateur aujourd’hui accusé de meurtre prémédité, avec qui elle avait établi «un précieux lien de confiance», selon ce qu’a relaté la Couronne au premier jour du procès.

Sur le coup, Laurie n’a pas pris au sérieux les paroles de celui qu’elle considérait «comme un père». Elle est donc tombée des nues à son réveil le lendemain matin, en apprenant qu’une mère de six enfants avait été tuée à Mascouche, sur la Rive-Nord de Montréal.

Des remords

«J’aurais pu empêcher ça et appeler la crisse de police. J’avais une information et ça me trotte dans la tête depuis ce temps-là», a confié l’ado à un policier de Laval, un mois et demi après le drame. 

Le récit troublant de la jeune fille a été filmé, et l’enregistrement a été présenté hier au jury chargé du sort de Benoit Cardinal. 

L’adolescente était également présente au palais de justice de Joliette, et elle a fondu en larmes vers la fin de la vidéo, tandis que l’accusé est demeuré impassible.

Laurie aurait même tenté de raisonner le trentenaire, l’intimant de ne pas faire de «niaiseries». 

«J’ai des plans», aurait répondu Cardinal, détaillant trois options.   

  • Faire passer la mort de sa conjointe pour un suicide par pendaison;   
  • Faire semblant de glisser dans les escaliers tout en poussant sa conjointe au sous-sol;   
  • Cogner la tête de sa conjointe sur le lit et faire croire à une violation de domicile.      

Selon la jeune fille, l’accusé se serait vanté qu’il ne se ferait pas arrêter. 

«Sont pas stupides, les policiers, voyons, ils vont enquêter sur ça», a rétorqué l’ado.

Or, d’après la Couronne, les premiers patrouilleurs ont d’abord cru à une violation de domicile ayant fait deux victimes.

«Mais les éléments de l’enquête policière convergent vers le fait que Benoit Cardinal n’est pas une victime, mais plutôt le responsable de la mort de Jaël Cantin», a déclaré Me Caroline Buist.


Si vous êtes victime de violence conjugale, contactez SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010 / consultez le https://sosviolenceconjugale.ca/fr