/opinion/blogs/columnists
Navigation

M. Legault frappe fort

M. Legault frappe fort
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Depuis mars 2020, notre premier ministre se déplace sur le fil tendu par la COVID-19 et jongle avec les mesures sanitaires au gré de l’évolution de la situation.

Tantôt, il maintient son ballant, tantôt il le perd pour le rattraper de justesse.

C’est une valse!

On ferme, on ouvre, on rouvre et on referme. Avec la progression des variants, plus personne ne peut prédire la fin de cette pandémie. Notre seul espoir: le vaccin. Malheureusement, ça ne va pas assez vite et nous avons perdu beaucoup de temps à cause des retards d’approvisionnement.

Ras le bol!

C’est l’expression qui décrit le mieux notre humeur générale.

M. Legault est bien conscient de l’état de lassitude dans lequel se trouve la population.

Il y est sensible, mais ne peut pas céder à nos caprices ni aux pressions du milieu économique.

Reste que ça commence à bien faire! Surtout pour les commerçants et en particulier les restaurateurs, pour lesquels cette valse d’hésitations engendre des pertes et des coûts élevés.

Autant dire qu’ils sont à bout de souffle.

Coup de massue.

On fêtera Pâques chacun chez soi, tout comme l’an dernier.

M. Legault a choisi de serrer la vis avant les célébrations.

«C’est un virus qui se nourrit de contacts», dit le docteur Arruda.

La question de l’adhésion aux mesures et aux restrictions demeure prépondérante.

Autrement dit: si on se met à interpréter les mesures sanitaires comme bon nous semble ou même à les ignorer, le virus, lui, va continuer de se transmettre.

Ce qui se passe en ce moment a valeur d’exemple. Si on veut réussir à contenir les éclosions, il n’y a pas 36 solutions et nous le savons.

Ne perdons pas de vue que les gens qui se retrouvent aux urgences sont de plus en plus jeunes.

Il faut arrêter de se raconter des histoires à savoir que le virus ne s’attaque qu’aux personnes âgées, qui, de toute façon, seraient décédées.

Pas de demi-mesures! Du côté de la population, faut se raisonner et du côté du gouvernement, faut vacciner.