/news/society
Navigation

Un an sans contrat de travail: les syndiqués en ont ras le bol

Coup d'oeil sur cet article

Des travailleurs du secteur public ont manifesté dans les rues de Trois-Rivières, mercredi, pour souligner le premier anniversaire de la fin de leur convention collective.

• À lire aussi: Québec offre 1 milliard de plus aux employés de l’État

Le Syndicat des professeurs du Cégep de Trois-Rivières, celui des professionnels du Cégep et celui des employés de soutien ont manifesté pendant une trentaine de minutes pour dénoncer l'immobilisme du gouvernement à la table de négociations.

«Assez, c'est assez, ça fait un an qu'on n'a pas de convention collective signée», a lancé d'emblée le président du syndicat des professeurs, Jean Fournier.

Au même moment, les quatre syndicats qui représentent les employés du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) manifestaient devant le Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières.

«Malgré tout ce qu'on a vécu, la période pandémique, on se bute encore une fois à un gouvernement qui n'avance pas», s’est désolé le président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers - CSN, Pascal Bastarache.

«On s'en attendait, la pandémie a grandement affecté le moral des troupes, comme l’a dit la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Nathalie Perron. Ça a été extrêmement difficile, les conditions sont pénibles, les gens partent du réseau de la santé.»

Même son de cloche pour Véronique Neth, présidente de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux pour la Mauricie et le Centre-du-Québec.

«À vrai dire, la pandémie a ajouté une couche supplémentaire sur la surcharge qui planait déjà sur le réseau parce que c'est une surcharge qui perdure depuis plusieurs années», a-t-elle indiqué à TVA Nouvelles.

Les syndicats ont appris, pendant leur manifestation, le contenu des nouvelles offres de Québec. Ça a eu l'effet d'une douche froide pour le président du Syndicat du personnel de bureau, des techniciens et professionnels de l'administration, Frédérick Beaulieu.

«Merci, Mme LeBel. On voit que vous n'avez pas de volonté de régler et vous venez de remplir nos canisses de gaz pour aller voir nos membres pour partir en mandat de grève», a-t-il souligné.