/news/provincial
Navigation

Labeaume exaspéré dans le dossier du tramway

« Qu’on en finisse au plus sacrant », lâche le maire

Labeaume exaspéré dans le dossier du tramway
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec n’en peut plus d’attendre dans le dossier du tramway. « Qu’on en finisse au plus sacrant. Je suis tanné ! » a lancé Régis Labeaume, jeudi.

• À lire aussi: Le 3e lien amènera une «révolution» pour le transport en commun, dit Lehouillier

• À lire aussi: Une autre tuile pour le tramway, déplore le maire Labeaume

En marge d’un point de presse virtuel, M. Labeaume est resté muet sur ce qui ferait obstacle à l’adoption du décret ministériel préalable au lancement de l’appel de propositions, mais n’a pas caché son exaspération.

« Écoutez, pour le bien du dossier, je vais vous dire que tout le monde travaille fort. On discute, alors j’espère que ce dossier-là aura une issue heureuse le plus rapidement possible », a d’abord dit le maire.

Labeaume exaspéré dans le dossier du tramway
Photo Stevens LeBlanc

« Ce qui m’importe, actuellement, c’est qu’on travaille fort et qu’on en finisse au plus sacrant. Je suis tanné ! » a-t-il reconnu candidement.

Le premier magistrat avait révélé mercredi avoir eu « une surprise dans les derniers jours », qu’il ne trouvait « pas drôle », et que « quelque chose accroche » dans le dossier.

Un « monument de patience »

Il avait cependant ajouté qu’il ne pensait pas que cela remette en cause l’entente de principe conclue il y a deux semaines avec le premier ministre François Legault.

Quand on lui a demandé s’il avait perdu tout espoir de recevoir le feu vert du Conseil des ministres la semaine prochaine, le maire a répondu, jeudi, une pointe d’ironie dans la voix : « Je ne peux rien vous garantir. J’espère que vous réalisez comment je suis un monument de patience. »

L’organisme Accès transports viables, qui appuie depuis le début le réseau structurant de Québec, s’explique mal d’où vient cet apparent écueil.

« [Ce n’est pas de la] déception, mais de l’impatience. On commence à être tanné d’attendre. Pour nous, le projet est censé se faire si le premier ministre a apposé son sceau », a dit Étienne Grandmont, directeur général.

Il rappelle que, selon un récent rapport du vérificateur général, chaque année de retard dans le projet de tramway risque d’engendrer des coûts supplémentaires de 100 millions de dollars.

« Spécial »

Dans le milieu des affaires, le président de la Corporation des parcs industriels du Québec, Pierre Dolbec, a lui aussi répété son empressement.

Il souligne que la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a parlé d’un dossier « réglé » à propos du tramway, le 19 mars, à l’Assemblée nationale.

« Ça fait le numéro un [François Legault] et le numéro deux [Geneviève Guilbault] qui sortent positivement. C’est un peu surprenant et c’est un peu spécial, effectivement, qu’on soit au stade où on est rendu là et que ça n’avance pas plus que ça », a déclaré M. Dolbec.

À voir:

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.