/news/coronavirus
Navigation

La pandémie a changé leur vie: une passionnée de dessin devient tatoueuse

Mélanie Tremblay Morin
Photo Martin Alarie Avec à peine quelques mois d’expérience, mais un talent inné, Mélanie Tremblay-Morin s’est récemment fait engager en tant que tatoueuse dans un studio de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier confinement a permis à une jeune femme de quitter le monde de la restauration, pour devenir tatoueuse.

• À lire aussi: La pandémie a changé leur vie

Étudiante en télévision à l’UQAM, Mélanie Tremblay-Morin cumulait les emplois dans le domaine de la restauration pour payer ses études. 

Passionnée de dessin, elle caressait le rêve de devenir tatoueuse, mais le temps lui manquait pour s’investir. 

« J’ai étudié en architecture et en conception 3D. Je me suis toujours servie du dessin, mais encore jamais pour gagner ma vie », affirme l’étudiante de 25 ans.

Mélanie Tremblay Morin
Photo Martin Alarie

Lorsque tout s’arrête en mars 2020, elle commande du matériel en ligne, pour apprendre à tatouer à la manière handpoke, c’est-à-dire à la main, sans électricité ni machine.

Elle commence ainsi par faire ses premières œuvres sur une jambe, puis sur sa main gauche. Impressionnée, sa colocataire se prête aussi au jeu.

Mélanie Tremblay Morin
Photo Martin Alarie

« Elle trouvait ça beau, donc elle en voulait un aussi, puis plusieurs de mes amis m’en ont fait la demande », relate Mélanie.

Engagée dans un studio

Quelques mois plus tard, elle présente son portfolio à un studio de tatouage de Montréal, le Repère aux Loups, qui l’engage. 

« La propriétaire ne voulait pas engager un apprenti, mais bien un tatoueur qui a déjà sa clientèle. Je crois qu’elle a vu que j’avais une technique qui avait du potentiel », indique-t-elle. 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres