/investigations/truth
Navigation

Legault n’a pas nié la troisième vague

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Paul St-Pierre Plamondon
Chef du Parti québécois

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L’ÉNONCÉ

Lors d’un point de presse, mardi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a reproché au gouvernement son optimisme de la semaine précédente sur l’arrivée d’une troisième vague de COVID-19 ici. « La semaine dernière, on nous disait qu’il n’y avait pas de problème, qu’il n’y aurait pas de troisième vague », a affirmé le chef, avant de répéter une formule semblable quelques minutes plus tard, en anglais.

LES FAITS

M. St-Pierre Plamondon déforme les propos du premier ministre. La semaine précédente, François Legault avait plutôt indiqué que le Québec « résiste à la troisième vague », sans toutefois exclure son arrivée. Invitée à expliquer la position de son chef, l’attachée de presse du PQ a indiqué que M. St-Pierre Plamondon avait paraphrasé M. Legault : « Il voulait dire que rien dans les propos du premier ministre ne laissait présager une troisième vague [...] », a répondu Laura Chouinard-Thuly. Or, c’est également faux, puisque M. Legault avait dit qu’« on n’est pas à l’abri d’une troisième vague ».

–Pascal Dugas Bourdon

Le chiffre de la semaine : 30,1 billions $  

C’est l’équivalent en dollars canadiens du montant ajouté à la dette privée et publique mondiale en 2020, d’après l’Institut de la finance internationale (IIF) qui a fait le calcul sur un échantillon de 61 pays, dont le Canada. Ce montant de 24 000 000 000 000 $ US (24 millions de millions) représente 240 fois les dépenses du gouvernement du Québec.

Cette augmentation a été fortement influencée par l’importance des mesures économiques visant à combattre la crise sanitaire. La dette totale a atteint un sommet au quatrième trimestre de 2020, pour s’établir à 352,8 billions de dollars canadiens.

—Charles Mathieu et Philippe Langlois