/weekend
Navigation

Un vrai roman coup de poing

we 0403 en mode lecture
Photo courtoisie Devenir quelqu’un
Willy Vlautin
Aux Éditions Albin Michel
304 pages

Coup d'oeil sur cet article

Avec Devenir quelqu’un, son cinquième roman, l’Américain Willy Vlautin nous offre un percutant roman d’apprentissage. 

Même si on n’aime pas du tout la boxe, il est assez difficile de ne pas se laisser emporter par l’intrigue de ce roman. Car fidèle à lui-même, Willy Vlautin nous propose ici un autre saisissant cheminement : celui d’Horace Hopper, un jeune métis qui a tour à tour été abandonné par ses parents et pris en charge par une grand-mère acariâtre, avant d’être confié à Eldon et Louise Reese, un vieux couple de ranchers du Nevada tout ce qu’il y a de bien.

Les années passées sur leur ranch lui apporteront d’ailleurs beaucoup. Mais dès qu’il atteindra l’âge légal de la majorité, Horace ne pourra s’empêcher d’aller tenter sa chance dans l’Arizona. Il tient en effet à devenir quelqu’un et pour lui, devenir quelqu’un veut dire devenir boxeur professionnel. Pas rancher. Et tant pis si les Reese avaient réellement souhaité le voir un jour reprendre leur ranch.

Dans le ring

D’aussi loin qu’il se souvienne, Horace a toujours été fasciné par les boxeurs mexicains. D’après lui, il n’y a pas plus coriaces. Du coup, même s’il ne parle pratiquement pas l’espagnol, il va essayer de se tailler une place de champion sous le nom d’Horace Hidalgo. 

Il ne lui reste qu’à se trouver un bon entraîneur qui saura coûte que coûte le mener jusqu’à la gloire. Mais pour réussir dans le milieu, il faut avoir une sacrée carapace et ça, Horace va, hélas, assez vite le découvrir à ses dépens. 

Un livre qui, sincèrement, nous a laissée K.-O.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

L’odyssée du marsouin

<strong>Mark Haddon</strong><br>aux Éditions NiL<br>400 pages
Photo courtoisie
Mark Haddon
aux Éditions NiL
400 pages

Le Britannique Mark Haddon, à qui l’on doit le très célèbre Bizarre incident du chien pendant la nuit, signe ici son troisième roman pour adultes. S’inspirant d’une pièce de Shakespeare, il raconte l’histoire d’une jeune fille qui, après la mort de sa mère, devra trouver le moyen d’échapper à l’amour un peu trop pressant de son propre père. Mais il faut s’accrocher, car passant souvent d’une époque à l’autre, le récit n’est pas toujours facile à suivre.

Il était une fois mon meurtre

<strong>Emily Koch</strong><br>aux Éditions Folio<br>432 pages
Photo courtoisie
Emily Koch
aux Éditions Folio
432 pages

Alex, le héros de ce thriller, est dans le coma depuis déjà deux ans. Il ne parvient pas à bouger un seul muscle et toutes les IRM qu’il a eues n’ont pas montré le moindre signe d’activité cérébrale. Mais si tout le monde pense qu’il n’est plus qu’un légume, Alex est toujours capable de réfléchir et récemment, il a compris que son accident d’escalade n’était peut-être pas si accidentel que ça. Et s’il a raison, sa petite amie pourrait fort bien elle aussi être en danger. On vous laisse le soin de découvrir la suite !

Guide visuel du cerveau

<strong>Collectif</strong><br>aux Éditions Marcel Didier<br>224 pages
Photo courtoisie
Collectif
aux Éditions Marcel Didier
224 pages

Peut-on se souvenir de tout ? Pourquoi les adolescents sont-ils égocentriques ? Vers quel âge le cerveau commence-t-il à rape-tisser ? Pourquoi nos yeux se ferment-ils quand on éternue ? D’où viennent les impressions de déjà-vu ? En plus de répondre à toutes ces questions, cet ouvrage explique de façon claire comment fonctionne notre tête. Tout simplement fascinant.  

Enfants – Mon premier livre de cuisine

<strong>Thomas Feller</strong><br>aux Éditions Hachette<br>184 pages
Photo courtoisie
Thomas Feller
aux Éditions Hachette
184 pages

Pendant la longue fin de semaine de Pâques, pourquoi ne pas demander aux enfants de nous donner un petit coup de main en cuisine ? Grâce à ce livre conçu spécialement pour eux, ils pourront entre autres préparer pizza aux champignons, salade de riz, tomates farcies, poulet rôti, filets de sole meunière, moelleux au chocolat, crêpes ou chaussons aux pommes. Bref, plein de délicieuses idées pour les occuper !

Frissons garantis

Lëd

<strong><em>Lëd</em></strong><br><strong>Caryl Férey</strong><br>Aux Éditions Les Arènes<br>528 pages
Photo courtoisie
Lëd
Caryl Férey
Aux Éditions Les Arènes
528 pages

Avec les romans de Caryl Férey, on voyage toujours au loin. La Nouvelle-Zélande avec Utu, l’Afrique du Sud avec Zulu, l’Argentine avec Mapuche, le Chili avec Condor, la Colombie avec Paz... Quant à Lëd, il nous transporte directement à Norilsk, dans le nord de la Sibérie. Soit là où il fait vraiment très froid : jusqu’à −60 °C en hiver, avec des rafales pouvant atteindre 200 km/h. Mais il y a pire encore que le climat. À cause des industries minières qui l’entourent, Norilsk est l’une des villes les plus polluées du monde. Alors à moins d’être fou ou franchement mal pris, mieux vaut éviter d’y vivre. 

Dans l’enfer blanc

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Caryl Férey va prendre le temps de nous expliquer tout ça afin qu’on puisse bien cerner l’atmosphère des lieux. Et ensuite seulement il y aura le cadavre. Celui d’un homme vêtu d’un manteau en poils de renne, qui sera retrouvé sous le toit d’une barre d’immeubles emporté par le vent. 

L’avantage de ce meurtre – car il s’agit bien d’un meurtre –, c’est qu’il nous permettra également d’en apprendre beaucoup sur les conditions de vie effarantes des gens du cru. À ce stade, on ne pourrait d’ailleurs pas dire ce qui nous a le plus glacé le sang : ces conditions de vie ou l’enquête en tant que telle. Chose sûre, l’un comme l’autre donnent de vraies sueurs froides !