/weekend
Navigation

Jeux de société: des classiques à découvrir

Coup d'oeil sur cet article

Quand on pense jeux de société classiques, on pense à Monopoly, à Clue, ou encore à Risk. Mais quand on parle de jeux de société modernes, il faut penser aux nouveaux classiques.

Et sur quoi se base-t-on pour définir quels sont ces jeux ? Il faut d’abord penser à leur aspect démocratique, mais aussi à leur inventivité qui a créé de nouvelles mécaniques de jeu qui sont désormais répandues.

Catan Big box 

Photo courtoisie
  • 3 à 6 joueurs 
  • 10 ans + 
  • 75 minutes 
  • 89,99 $  

Lancé en 1995, Catan est devenu l’un des plus grands classiques du jeu de société moderne même si ses dénigreurs lui reprochent son côté trop aléatoire qui laisse beaucoup trop de place à la chance.

Mais n’empêche que ce jeu a permis à beaucoup de gens de redécouvrir les jeux de société en découvrant une proposition moderne pour l’époque où l’on retrouve la gestion de ressources, la construction de routes et villages de même que la négociation.

Car dans Catan, votre objectif est de peupler cette ville de Sicile. On y retrouve des tuiles hexagonales qui produisent diverses ressources et qui sont associées à des chiffres. Un jet de dés va permettre de déterminer quelles tuiles produiront des ressources pour les joueurs qui les bordent.

Photo courtoisie

Donc oui, il y a de la chance, mais elle peut être mitigée par une bonne négociation parce que pour vous développer, vous aurez besoin de ressources que vous pourrez transiger avec vos adversaires.

Le jeu est donc facile à comprendre, mais plus difficile à maîtriser.

Dans sa version simple, Catan se joue à trois ou quatre joueurs, mais cette Big box renferme le matériel nécessaire pour jouer jusqu’à six. Elle contient également un plateau réversible pour jouer avec la Corse ou l’état de New York.

Elle renferme aussi quelques extensions qui vont modifier l’expérience de jeu de même qu’un jeu de dés complètement indépendant.

Même s’il a 26 ans, Catan a bien vieilli et demeure toujours pertinent, surtout quand on le voit comme une porte d’entrée vers les jeux modernes auprès des non-initiés.

Dominion 

Photo courtoisie
  • 2 à 4 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 30 minutes 
  • 49,99 $  

Dominion a vu le jour en 2008 et a depuis généré de nombreuses extensions pour enrichir l’expérience de jeu.

C’est par cette création que le deck building a pris son essor qui lui permet d’être désormais une mécanique bien implantée aujourd’hui.

Expliquons d’abord ce qu’est le deck building. Il s’agit d’un jeu de cartes où tous les joueurs amorcent la partie avec un paquet composé des mêmes cartes, généralement une dizaine.

Au fil des tours, les joueurs auront des points d’achat à dépenser avant de se procurer des cartes qui seront ensuite ajoutées à leur paquet, ce qui le rendra plus efficace.

Dans Dominion, vous êtes un roi dont l’objectif est d’écraser la compétition et c’est au moyen d’une bonne construction de paquet que vous allez y parvenir.

Photo courtoisie

Les cartes que vous ajouterez à votre paquet vont vous permettre d’en ajouter d’autres ou de mettre des bâtons dans les roues de vos adversaires. Elles vous permettront aussi d’accumuler des points menant à la victoire.

Même si le segment a drôlement évolué depuis la sortie du jeu, il demeure encore aujourd’hui pertinent, ne serait-ce qu’en raison de sa mécanique épurée par rapport aux jeux qui ont suivi ses traces.

Le design des cartes mériterait sans doute un bon rafraîchissement, mais pour le reste, il demeure très fluide et rapide dans sa succession de tours.

Qui plus est, il possède la qualité d’être bon, peu importe le nombre de joueurs.

À trois ou quatre, il est très tactique, à deux, on est plus dans l’affrontement. Deux expériences différentes avec le même jeu, c’est plutôt génial.

7 Wonders 

Photo courtoisie
  • 3 à 7 joueurs 
  • 10 ans + 
  • 30 minutes 
  • 69,99 $  

Il est encore tout jeune puisqu’il est paru en 2010, mais c’est tout de même le jeu qui a donné son élan à la mécanique de draft. Et on vient en plus de le dépoussiérer avec une toute nouvelle édition rafraîchie.

Mais qu’est-ce que le draft, me direz-vous ? C’est fort simple. Tous les joueurs amorcent un tour de jeu avec un paquet de cartes. Tout le monde en même temps, on place une carte sur la table, face visible, et ensuite on passe son paquet au voisin de droite ou de gauche, selon l’ordre du tour.

Et on recommence ainsi jusqu’à ce que toutes les cartes aient été jouées. On peut donc savoir ce qui s’en vient, pour autant qu’on ait une bonne mémoire.

Dans le cas de 7 Wonders, votre objectif est de bâtir une civilisation sur une période de trois âges, ou trois manches de jeu.

Photo courtoisie

Au cours du premier âge, les joueurs vont essentiellement jouer des cartes qui vont leur fournir des ressources, mais aussi de la puissance militaire et certains bâtiments qui vont rapporter des points en fin de partie, dont certains seront plus payants selon le nombre d’exemplaires que vous aurez.

On poursuivra ainsi pendant trois rondes et tout le monde bâtira son empire dans l’objectif d’être celui qui aura le plus de points en fin de partie.

Chaque joueur aura aussi une merveille à sa disposition qui lui donnera des avantages en la développant, ce qui le forcera à prendre des décisions.

Le plus difficile dans 7 Wonders, c’est de bien choisir ses cartes et de s’adapter à ce que chaque paquet nous offre. Il faut aussi faire bon usage des ressources de nos voisins, que l’on peut utiliser moyennant rétribution.

Un excellent jeu qui propose des parties rapides pour toute la famille.