/world/usa
Navigation

Washington veut faire «beaucoup plus» dans l’accès mondial aux vaccins

Washington veut faire «beaucoup plus» dans l’accès mondial aux vaccins
LaPresse/WENN

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis veulent faire «beaucoup plus» dans leurs livraisons de vaccins anti-COVID-19 aux pays étrangers et ne demanderont pas de «faveurs» en échange, a affirmé lundi le chef de la diplomatie Antony Blinken. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

L’objectif du gouvernement de Joe Biden d’offrir un vaccin à 90% de la population des États-Unis sera bientôt atteint, et Washington envisage de livrer un probable surplus de vaccins à d’autres pays plus en retard dans leur propre campagne, a-t-il assuré.

«Nous explorons les options pour partager plus avec d’autres pays qui vont de l’avant. Nous pensons pouvoir faire beaucoup plus», a souligné M. Blinken.

Washington veut faire «beaucoup plus» dans l’accès mondial aux vaccins
AFP

Promettant de «faire aussi vite que possible», il a annoncé la nomination de Gayle Smith comme coordinatrice américaine de la lutte mondiale contre le coronavirus et pour la sécurité sanitaire.

Ancienne responsable de l’agence américaine pour le développement international USAID, elle a également participé à la lutte contre Ebola, la malaria, la tuberculose ou le VIH.

Elle était jusqu’ici à la tête de l’ONG ONE – cofondée par le chanteur de U2, Bono, en 2004 – qui lutte contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables, particulièrement en Afrique.

Antony Blinken a assuré que les États-Unis ne feraient pas de favoritisme, dans une critique voilée de la Chine et de la Russie, qui multiplient les annonces de livraisons de doses à travers le monde dans le cadre d’une «diplomatie du vaccin».

Washington veut faire «beaucoup plus» dans l’accès mondial aux vaccins
AFP

«Nous ne marchanderons pas de vaccins pour des faveurs politiques» et «nous traiterons nos partenaires avec respect», a-t-il souligné.

Joe Biden a lancé mi-mars une initiative avec ses homologues du Japon, de l’Australie et de l’Inde, visant à produire un milliard de doses pour les distribuer notamment en Asie du Sud-Est.

Washington a fait une contribution de deux milliards de dollars au dispositif COVAX de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au bénéfice des pays les plus démunis, et il s’est engagé à verser deux milliards supplémentaires d’ici 2022.

Les États-Unis ont aussi annoncé des accords pour envoyer 2,5 millions de doses de vaccins au Mexique et 1,5 million au Canada.