/news/coronavirus
Navigation

Des profs de la Capitale-Nationale vaccinés «avant la fin de l’année scolaire»

Coup d'oeil sur cet article

Dans la Capitale-Nationale, des enseignants en attente d’être vaccinés piaffent d’impatience alors que les autorités régionales de santé publique se contentent d’indiquer qu’ils recevront leur première dose «avant la fin de l’année scolaire».

À Montréal, les travailleurs essentiels pourront prendre rendez-vous pour la vaccination au cours des prochains jours, puisque la vaccination des gens âgés de 60 ans et plus est en voie d’être complétée. 

À Québec, où la vaccination est moins avancée à ce chapitre, les travailleurs essentiels devront plutôt patienter encore plusieurs semaines avant de recevoir leur première dose. 

«Selon les prédictions, avant la fin de l’année scolaire, nos enseignants, les autres travailleurs essentiels et même la population en général devraient avoir reçu leur vaccin», a affirmé Patricia McKinnon, directrice de la campagne de vaccination dans la Capitale-Nationale, lors d’un point de presse mercredi. 

Ces délais font sourciller le président du Syndicat de l’enseignement des Deux Rives, Martin Hogue. «C’est un peu beaucoup paradoxal, lance-t-il. On a une situation plus que préoccupante à Québec et Lévis, ces zones-là ont littéralement été mises sur pause alors on aurait également dû prioriser ces régions.» 

Le son de cloche est semblable du côté du Syndicat de l’enseignement de la région de Québec. «C’est vraiment décevant d’entre ça, la moindre des choses, ce serait d’accélérer la vaccination pour les enseignants qui sont dans des classes mal ventilées avec des dizaines d’élèves chaque jour», affirme son président, Daniel Gauthier. 

Confiance ébranlée

Au cours des derniers jours, des enseignants de Québec ont été nombreux à contracter la COVID-19. 

Hugues Morin, qui enseigne les mathématiques à l’école secondaire La Courvilloise, à Beauport, a obtenu un résultat positif samedi. «Tout porte à croire» qu’il a été en contact avec le virus à l’école, où des élèves et autres membres du personnel ont aussi été déclarés positifs au cours des derniers jours. 

«Disons que la probabilité est forte», lance celui qui souffre de fatigue et de maux de tête, en plus d’avoir perdu le goût et l’odorat. 

Ce résultat positif a toutefois ébranlé sa confiance envers les mesures mises en place par le gouvernement Legault pour protéger le personnel scolaire. 

«J’ai suivi les consignes à la lettre, j’y croyais, aux mesures sanitaires. J’aimerais savoir où j’ai manqué. Visiblement, je n’étais pas assez protégé», dit-il. 

M. Morin s’explique mal pourquoi Québec tarde à vacciner les enseignants alors que le premier ministre François Legault répète depuis des mois que la priorité est de garder les écoles ouvertes. 

«Il y a vraiment quelque chose de fâchant là-dedans. On travaille depuis le début, on suit toutes les consignes, mais le gouvernement n’est pas capable de s’assurer qu’on soit assez protégés», lance-t-il. 

Son collègue Michel Plante, qui a dû se rendre à l’urgence cet automne après avoir contracté la COVID-19, dénonce aussi le manque d’empressement à vacciner les enseignants. 

«On sait à quel point il y a des éclosions dans les écoles, alors c’est très décevant de voir qu’on ne fait pas plus attention à nous», lance-t-il. 

– Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres