/news/health
Navigation

Diabète: risques accrus avec l’abus d’alcool

Coup d'oeil sur cet article

Les consommateurs modérés d’alcool ont moins de risque de développer le diabète, contrairement à ceux qui en abusent chez qui le risque est bien plus accru que chez les personnes qui n’ont jamais bu d’alcool.

• À lire aussi: 27 mois pour avoir violemment agressé deux policières du SPVQ

• À lire aussi: Prévenir un second cancer

C’est la conclusion à laquelle est parvenue l’organisme Éduc’alcool dans une nouvelle publication scientifique publiée mercredi.

Selon l’étude «L’alcool et le diabète», les personnes qui consomment deux verres standards par jour, à raison de trois à quatre jours par semaine, bénéficient d’un risque amoindri. Mais si la «dose quotidienne» passe à une moyenne de 3,7 verres chez les femmes et 4,5 verres pour les hommes, le risque sera inéluctablement plus important.

«Cela ne signifie pas pour autant qu'il faille viser ces limites supérieures, car à ce niveau, la consommation d'alcool augmente le risque de développer des maladies autres que le diabète, notamment certains cancers et certaines maladies cardiovasculaires», a mis en garde par communiqué Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool.

Alcool et diabète ne faisant pas bon ménage, l’organisme soutient que la consommation d’alcool est associée à plusieurs facteurs de risque impliqués dans l’apparition de cette maladie chronique, qui touche plus de 1 million de personnes au Québec.

De plus, la consommation abusive d’alcool peut influencer le processus régulant la glycémie.

Si elles envisagent de boire de l’alcool, les personnes atteintes de diabète doivent le faire modérément et en mangeant des repas riches en glucides.

Éduc’alcool recommande deux verres par jour pour les femmes et trois pour les hommes avec un intervalle de deux jours sans alcool par semaine pour éviter l’accoutumance.